SEARCH

SEARCH BY CITATION

Abstract

Hydrogen was directed onto the surface of Fe-4%C held in an Al2O3 crucible at 1327°C, and the rate of formation of CH4 was measured by mass-spectrometric analysis of the effluent. The measured rate approached the theoretical limit of mass transfer of CH4 in the gas phase, provided that the concentration of other gases evolved by side-reactions was small. Deviations from predicted values appeared to be caused by carbon monoxide coming from the reaction of dissolved carbon with the crucible, and water coming from the reaction of hydrogen with the refractories. The gas mass transfer coefficient for the particular geometry used was determined in separate experiments where the carbon was oxidized by CO2.

On a fait passer un courant d'hydrogène à la surface de l'alliage Fe – 4% C, contenu dans un creuset d'alumine chauffé à 1327°C; on a mesuré la vitesse de formation du méthane au moyen d'une analyse au spectromètre de masse de l'effluent. La vitesse mesurée s'est avérée voisine de la limite théorique de transfert de masse du méthane dans la phase gazeuse, pourvu que la concentration des autres gaz émis lors des réactions secondaires ait été faible. Les écarts aux valeurs calculées ont semblé ětre causés par le monoxyde de carbone, produit lorsque le carbone dissous a réagi sur le creuset, ainsi que par l'eau qui provenait de la réaction de l'hydrogène sur les produits réfractaires. On a déterminé le coefficient de transfert de masse en phase gazeuse, dans le cas particulier de la géométrie employée, en faisant des expériences additionnelles dans lesquelles le carbone était oxydé par CO2.