Extraction of uranium from sea water using biological origin adsorbents

Authors


Abstract

Waste microbial biomass has been shown to be a good adsorbent for uranium. A small scale pilot plant was operated at Woods Hole Oceanographic Institute in collaboration with the Department of Nuclear Engineering of MIT in order to assess the potential use of the two selected types of microbial biomass to sequester uranium from sea water effectively. The experimental results suggest that factors such as the presence of carbonates in the sea water, suppress substantially the uranium adsorptive uptake capacity of the biomass. The selectivity of the biomass for uranium, is not as good as that of other synthetic inorganic or organic adsorbents as, for example, hydrous titanium oxide.

Abstract

On a démontré qu'une biomasse microbienne considérée comme un déchet était un bon adsorbant pour l'uranium. On a mis sur pied une petite usine-pilote à l'Institut Océanographique de Woods Hole en collaboration avec le Département de Génie nucléaire du MIT; le but était d'évaluer le potentiel d'utilisation de deux types choisis de biomasse microbienne pour séparer efficacement l'uranium de l'eau de mer. Les résultats expérimentaux suggèrent que la présence de carbonates dans l'eau de mer diminue fortement la capacité d'adsorption de l'uranium pour la biomasse. La sélectivité de la biomasse pour l'uranium n'est pas aussi bonne que celle d'autres adsorbants synthétiques inorganiques ou organiques tels que, par exemple, l'oxyde de titane en milieu aqueux.

Ancillary