Homogeneous azeotropic distillation: Comparing entrainers

Authors


Abstract

In this article, we present practical solutions (in the case of entrainers which add no azeotropes) to two problems of industrial relevance: Given a binary azeotrope which we want to separate into pure components, and a set of candidate entrainers, how do we determine which one is the best? Also, for each of these entrainers, what is the flowsheet of the feasible separation sequence(s)? We obtain these solutions by analyzing in details the mechanisms by which heavy, intermediate and light entrainers make separation feasible, using the new notions of equivolatility curves, of isovolatility curves and of local volatility order. We show that the second question finds an easy solution from the volatility order diagram.

This analysis shows that a good entrainer is a component which “breaks” the azeotrope easily (i.e., even when its concentration is small) and yields high relative volatilities between the two azeotropic constituents. Because these attributes can be easily identified in an entrainer from the equivolatility curve diagram of the ternary mixture azeotropic component #1 — azeotropic component #2 — entrainer, we can easily compare entrainers by examining the corresponding equivolatility curve diagrams. Finally, we demonstrate the validity and limits of this method with examples.

Abstract

Dans cet article, nous présentons des solutions pratiques (dans le cas de composants d'entraǐnement n'ajoutant pas d'azéotropes) à deux problèmes d'importance industrielle: considérant un azéotrope binaire voulant se séparer en deux composants purs, et un ensemble d'entraǐneurs possibles, comment déterminer le meilleur? Par ailleurs, pour chacun de ces entraǐneurs, quel est le diagramme de procédé de la séquence ou des séquences de séparation possibles? Nous obtenons ces solutions en analysant en détail les mécanismes par lesquels des entraǐneurs lourds, intermédiaires et légers rendent la séparation possible, en utilisant les nouvelles notions de courbes équivolatilité, des courbes d'isovolatilité et de l'ordre de volatilité local. Nous montrons que la deuxième question trouve une réponse facile dans le diagramme de l'ordre de volatilité.

Cette analyse montre qu'un bon entraǐneur est un composant qui *brise* l'azéotrope facilement (c.a.d. měme lorsque sa concentration est petite) et produit des volatilités relatives élevées entre les deux constituants azéotropes. Étant donné que ces qualités peuvent ětre facilement reconnues dans un entraǐneur à partir du diagramme d'équivolatilité du mélange ternaire composant azéotropique #1 — composant azéotropique #2 — entraǐneur, nous pouvons facilement comparer les entraǐneurs en examinant les diagrammes d'équivolatilité correspondants. Enfin, nous démontrons la validité et les limites de cette méthode et donnons de nombreux exemples.

Ancillary