SEARCH

SEARCH BY CITATION

Abstract

Analysis of a hospital-based case-control study of oesophageal cancer among Singapore Chinese (composed of Cantonese, Hokkien, Teochew and other dialect groups) revealed the following statistically significant risk factors for both sexes: (I) belonging to either Hokkien or Teochew dialect groups; (2) the consumption of beverages at temperatures stated subjectively to be “burning hot” prior to illness; and (3) the smoking of Chinese cigarettes. Additional risk factors for males were birth in China and the consumption of Samsu (Chinese wine). Consumption of bread, potatoes and bananas was reported at significantly lower levels in male oesophagus cancer patients than in controls. Oesophageal cancer was less common in males who had attended school for more than 8 years. Multivariate analysis (examination of the joint influence of selected variables) confirmed the strong effects of dialect group and beverage temperature for both sexes. For females the smoking of Chinese cigarettes remained a risk factor, for males the consumption of Samsu. The smoking of westerntype cigarettes and the consumption of strong liquors were not significantly related for either sex. These findings suggest that oesophageal cancer is more likely to occur among “traditional” Chinese who maintain dietary patterns which include Samsu and the drinking of beverages at hot temperatures, but avoid the bland foodstuffs (bread, potatoes and bananas) not native to their culture. The greater risk in Teochew and Hokkien may be due in part to the consumption of a greater number of beverages at “burning hot” temperatures compared with Cantonese and other dialect groups. However, these differences are based on subjective impressions which need to be verified by actual measurements of the temperature of drinks consumed by members of these population groups.

Facteurs Étiologiques dans le Cancer Œsophagien Chez les Chinois de Singapour

L'analyse d'une étude hospitalière de cas et de témoins portant sur le cancer œsophagien dans une population chinoise de Singapour (composée de Cantonais, d'Hokkien, de Teochew et autres groupes dialectaux) a fait apparaǐtre, pour les deux sexes, les facteurs de risque statistiquement significatifs ci-après: a) appartenance aux groupes dialectaux Hokkien ou Teochew; b) consommation de boissons — préalablement à la maladie — à des températures indiquées subjectivement comme “brǔlantes;” et c) usage des cigarettes chinoises. Parmi les autres facteurs de risque, citons, pour les hommes, la naissance en Chine et la consommation de Samsu (vin chinois). La consommation de pain, de pommes de terre et de bananes était signalée comme notablement plus faible chez les hommes présentant un cancer de l'œsophage que chez les témoins. Le cancer de l'œsophage était moins fréquent chez les hommes ayant fréquenté un établissement scolaire pendant plus de huit ans. L'analyse à plusieurs variables (examen des effets conjoints de certaines variables) a confirmé la grande importance du groupe dialectal et de la consommation de boissons chaudes dans les deux sexes. Pour les femmes, l'usage de cigarettes chinoises demeurait un facteur de risque et pour les hommes, la consommation de Samsu. Pour aucun des deux sexes il n'existait de relation significative avec l'usage de cigarettes de type occidental ou la consommation de boissons fortement alcoolisées. Ces résultats conduisent à penser que le cancer œsophagien a plus de chances d'apparaǐtre chez les Chinois “traditionnels” qui conservent des modes d'alimentation comportant la consommation de Samsu et de boissons très chaudes, mais qui évitent les aliments ayant une saveur douce (pain, pommes de terre et bananes) et n'appartenant pas à leur milieu culturel. L'excédent de risque dans les groupes Teochew et Hokkien peut ětre dǔ, en partie, à la consommation d'un plus grand nombre de boissons brǔlantes que chez les Cantonais et dans les autres groupes dialectaux. Ces différences reposent toutefois sur des impressions subjectives qu'il importe de vérifier en mesurant effectivement la température des boissons consommées par les membres de ces groupes de population.