SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • climate change;
  • groundwater management;
  • water markets;
  • self-regulation;
  • France;
  • Portugal;
  • scenario workshops
  • changement climatique;
  • gestion eaux souterraines;
  • marchés de l'eau;
  • gestion communautaire;
  • France;
  • Portugal;
  • prospective participative

ABSTRACT

Groundwater management policies will need to be revised in many Mediterranean countries, in light of the impact of climate change and the increasing demand for water. In this paper, we analyse stakeholder perceptions of three groundwater policy scenarios which respectively assume a strengthening of state intervention, the introduction of market regulation mechanisms, and the transfer of regulation responsibility to farmers. The method consists of organizing scenario workshops with experts, institutional representatives and farmers. It is applied in two case studies in France and Portugal. From a methodological viewpoint, the research demonstrates farmers' ability to contribute to an exploratory assessment of possible future water management scenarios. From a policy viewpoint, it clarifies expectations concerning state intervention and self-regulation by farmers. It also provides some insights regarding the acceptability of tradable groundwater permits in two European contexts. Copyright © 2012 John Wiley & Sons, Ltd.

RÉSUMÉ

Les politiques de gestion des eaux souterraines devront être adaptées pour faire face aux enjeux du changement climatique et à l'augmentation de la demande en eau d'irrigation. Dans cet article, nous analysons la perception par les acteurs de l'eau de trois scénarios prospectifs de gestion des eaux souterraines, qui supposent respectivement un renforcement de l'intervention de l'Etat, l'introduction de mécanismes de marchés ou le transfert de la régulation des prélèvements aux agriculteurs. La méthode consiste à organiser des ateliers de prospective avec des experts, des représentants institutionnels et des agriculteurs. Elle est mise en oeuvre dans deux cas d'étude en France et au Portugal. D'un point de vue méthodologique, la recherche démontre que les agriculteurs peuvent apporter une contribution substantielle à une évaluation prospective de mécanismes alternatifs de gestion des ressources en eau. Du point de vue de la politique de l'eau, l'article met en évidence les attente des acteurs concernant l'intervention de l'Etat et le transfert de responsabilité aux usagers. Il éclaire également les problèmes d'acceptabilité, dans le contexte européen, des systèmes de permis négociables envisagès pour assurer l'allocation de la ressource en eau souterraine. Copyright © 2012 John Wiley & Sons, Ltd.