SOCIAL BENEFITS AND ABATEMENT COSTS OF GREENHOUSE GAS EMISSION REDUCTIONS FROM RESTORING DRAINED FEN WETLANDS: A CASE STUDY FROM THE ELBE RIVER BASIN (GERMANY)

Authors


  • Avantages sociaux et réduction de coûts des émissions de gaz à effet de serre par la restauration des zones humides drainées: une étude de cas du bassin de l'Elbe (Allemagne).

Mr. Grossmann Malte, Technische Universität Berlin, Department of Environmental and Land Economics EB 4–2, Straße des 17 Juni 145, Berlin 10623 Germany. E-mail: malte.grossmann@tu-berlin.de

ABSTRACT

This paper presents estimates of the costs and benefits of reducing greenhouse gas (GHG) emissions through fen wetland restoration. This study takes previous research on GHG emissions from peat wetlands further by coupling water-level-dependent emission functions with a landscape- and basin-scale assessment of the hydrology and water management of wetlands. For this purpose we use a water management model for the Elbe River Basin that includes the major lowland fen wetland sites as water users. Based on the resultant estimates of the GHG emissions of wetlands and the reduction potential of management options under a more realistic description of water availability, this paper provides improved estimates of the benefits of restoration in terms of the shadow price of carbon and the GHG abatement costs of wetland restoration measures. An econometric approach is used to develop abatement cost estimates for wetland restoration.

We find mean current emissions over 35 wetland sites (3840 km²) to be in the range of 17.5–25.5 tCO2e ha-1. The median of estimated abatement costs for fen stabilisation scenarios are within a range of €10–20 tCO2e-1 and for restoration scenarios in a range of €7–14 tCO2e-1. Fen wetland restoration can therefore potentially contribute to mitigation targets at low cost. An approach focused on restoration is a more efficient strategy compared to an approach centred on agri-environmental schemes, even though both components are required in a zoning approach. However the effects of climatic change may reduce the effectiveness of wetland restoration measures by roughly 50%. Copyright © 2012 John Wiley & Sons, Ltd.

RÉSUMÉ

Ce document présente des estimations des coûts et des bénéfices de la réduction de gaz à effet de serre (GES) grâce à la restauration de zones humides marécageuses. Cette étude s'inspire des recherches antérieures sur les émissions de GHS par les tourbières humides en couplant des fonctions d'émissions dépendant du niveau d'eau avec une évaluation paysagère à l'échelle du bassin versant de l'hydrologie et de la gestion d'eau des zones humides. Pour cela, nous avons utilisé un modèle de gestion des eaux pour le bassin versant de l'Elbe qui inclut les zones humides majeures que sont les marais de bas fonds comme usagers de l'eau. En se basant sur les estimations des émissions de GHS et le potentiel de réduction des options de gestion sous des descriptions plus réalistes de la disponibilité en eau, le papier propose de meilleures estimations du prix caché du carbone et le coût d'abattement du GHS de mesures de restauration des zones humides. Une approche économétrique est utilisée pour élaborer des estimations des coûts de réduction par la restauration des terres humides.

Nous pouvons dire que les émissions actuelles de plus de 35 sites de zones humides (3840 km ²) sont dans la gamme de 17.5–25.5 tCO2e ha-1. La médiane des coûts de réduction estimée pour les scénarios de stabilisation des marécages sont dans une fourchette de €10–20 tCO2e-1, alors que les scénarios de restauration dans une gamme de €7–14 tCO2e-1. La restauration des zones humides de marécage peut donc contribuer à des objectifs d'atténuation à faible coût. Une approche centrée sur la restauration est une stratégie plus efficace par rapport à une approche typiquement agro-environnementale, même si les deux composantes sont nécessaires dans une approche de zonage. Cependant, les effets du changement climatique peuvent réduire l'efficacité des mesures de restauration des zones humides d'environ 50%. Copyright © 2012 John Wiley & Sons, Ltd.

Ancillary