SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • farm size;
  • information;
  • investment;
  • conservation programs
  • taille des exploitations;
  • information;
  • investissement;
  • programmes de conservation

ABSTRACT

The US Department of Agriculture's Farm and Ranch Irrigation Survey collects the most detailed and comprehensive data on US irrigation practices. Yet, because the data are only easily available in cross-tab form, data are rarely used for statistical analysis of irrigator behavior. Using data from Arizona and New Mexico, this study illustrates how statistical measures of association can be used test hypotheses about how farm size (measured by sales class) affects (i) use of water management information, (ii) investment in irrigation improvements, and (iii) participation in conservation programs. Parametric (Cochran–Armitage trend test) and nonparametric (Goodman–Kruskall gamma) methods yielded similar results. Reliance on low-cost, general information was common among all size classes, while larger operations relied more on private, tailored information. Larger operations were more likely to use directly provided data (e.g. media and Internet reports) than smaller operators, who relied more on information provided by intermediaries. Smaller farms were less likely to investigate irrigation improvements, use management-intensive methods for irrigation scheduling, or participate in cost-share programs to encourage adoption of improved irrigation practices. Adoption of scientific irrigation scheduling methods was low for all groups, but especially low for small-scale irrigators. There appear to be significant barriers to information acquisition, use of management-intensive irrigation practices, and participation in conservation programs among smaller-scale irrigators. Copyright © 2012 John Wiley & Sons, Ltd.

RÉSUMÉ

Le département américain de l'agriculture organise un recensement sur l'irrigation dans les ranches et exploitations agricoles et dispose des données les plus détaillées et les plus complètes sur les pratiques d'irrigation aux États-Unis. Pourtant les données sont rarement utilisés pour l'analyse statistique du comportement des irrigants, parce qu'elles ne sont facilement disponibles dans des formats de tableaux croisés. En utilisant les données de l'Arizona et du Nouveau Mexique, cette étude illustre comment les mesures statistiques par association peuvent être utilisées pour vérifier des hypothèses sur la façon dont la taille des exploitations (mesurée par catégorie de ventes) affecte (i) l'utilisation des informations de gestion de l'eau, (ii) l'investissement pour l'amélioration de l'irrigation, et (iii) la participation à des programmes de conservation. Des méthodes paramétriques (test de tendance de Cochran–Armitage) et non paramétriques (Kruskall–Goodman gamma) ont donné des résultats similaires. La confiance dans les informations générales et peu couteuses était courante parmi toutes les classes de taille, alors que les grandes opérations ont compté davantage sur des renseignements personnels et sur mesure. Les grandes opérations étaient plus susceptibles d'utiliser les données fournies directement (par exemple les médias et les rapports Internet) que les petits opérateurs, qui comptaient plus sur les informations fournies par les intermédiaires. Les petites fermes étaient moins susceptibles d'étudier les améliorations d'irrigation, d'utiliser les méthodes de gestion intensives de planification de l'irrigation, ou de participer des programmes à coûts partagés d'adoption de pratiques d'irrigation améliorées. L'adoption de méthodes scientifiques de planification d'irrigation est faible pour tous les groupes, mais particulièrement faible pour les petits irrigants. Il semble y avoir des obstacles importants à l'acquisition de l'information, l'utilisation de pratiques de gestion intensives de l'irrigation, et à la participation aux programmes de conservation entre les irrigants à plus petite échelle. Copyright © 2012 John Wiley & Sons, Ltd.