Get access

IMPROVING FARMERS’ ACCESS TO IRRIGATION IN THE BUFFER ZONE: AN EFFECTIVE WAY TO CONSERVE BIODIVERISTY IN THE CHITWAN NATIONAL PARK

Authors


  • Améliorer l'accès à l'irrigation pour les agriculteurs dans la zone tampon: un moyen efficace pour conserver la biodiversité dans le parc national de Chitwan.

ABSTRACT

Drawing results from multi-scale studies, this paper addresses the important coexistence between the Chitwan National Park and buffer-zone farmers’ communities in the East Rapti River basin of Nepal. The relationship between the two is discussed using results of land use change (1978–2010) and water availability analysis (1976–2010). At basin level, though there are indications of losses of the government forest, the utilizable outflow of water in the river is still abundant because the process of depletion of water is very low. Scaling down to local level, irrigation systems originating in the river were evaluated and farmers interviewed across locations. There were statistical differences in irrigation system performance affecting water availability for crop production in the buffer zone. Because irrigation plays a disproportionately greater role in farm income and economic water scarcity could be removed, improvement in access to irrigation could effectively help improve food sufficiency and reduce income disparity in this basin. In the forest of the national park, encroachment seems to be low but frequencies of rhino poaching and timber pilferage have remained relatively high. As the buffer zone is the gateway to the park, and subsistence farm families live on the fringes of the park, helping irrigation development would strengthen farmers’ cooperation in enhancing resource conservation of the park. Copyright © 2013 John Wiley & Sons, Ltd.

RÉSUMÉ

Basé sur les résultats de plusieurs études à différentes échelles, ce document traite de l'importance de la coexistence entre le parc national de Chitwan et les communautés d'agriculteurs de la zone tampon, dans le bassin de la rivière Rapti à l'est du Népal. La relation entre les deux est discutée à partir des résultats de changements de l'utilisation des terres (1978–2010) et de l'analyse de la disponibilité en eau (1976–2010). Au niveau du bassin, bien qu'il y ait des signes de déprise des forêts d'état, le prélèvement potentiel d'eau dans la rivière est encore important, car le processus d'épuisement de l'eau est très faible. Au niveau local, les systèmes d'irrigation alimentés par la rivière ont été évalués, et les agriculteurs ont été interrogés par zone géographique. Il y avait des différences statistiques dans les performances des systèmes d'irrigation qui affectent la disponibilité de l'eau pour la production agricole dans la zone tampon. Parce que l'irrigation joue un rôle proportionnellement plus fort dans le revenu agricole, l'irrigation pourrait supprimer la pénurie économique liée au manque d'eau. L'amélioration de l'accès à l'irrigation pourrait contribuer efficacement à améliorer l'autosuffisance alimentaire et à réduire la disparité des revenus dans ce bassin. Dans la forêt du parc national, l'empiètement semble faible, mais les fréquences de braconnage de rhinocéros et de vols de bois ont gardé un niveau relativement élevé. Comme la zone tampon est la porte d'entrée du parc, et que l'agriculture vivrière retient les familles d'agriculteurs dans la périphérie du parc, aider le développement de l'irrigation permettrait de renforcer la coopération des agriculteurs dans la conservation des ressources et l'amélioration du parc. Copyright © 2013 John Wiley & Sons, Ltd.

Ancillary