SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Maroon;
  • Iran;
  • water productivity;
  • irrigated wheat
  • Rivière Maroon;
  • Iran;
  • productivité de l'eau pour du blé irrigué

ABSTRACT

The rapidly growing population of Iran and non-sustainable agricultural development practices have resulted in an increasing demand for irrigation water. This process, along with Iran's water source restrictions, necessitates investigation and research in the field of water productivity. Behbahan (Maroon Irrigation Network) District, which is located in Khuzestan Province, by benefiting from the Maroon River, has been considered a fertile land for agricultural activity for centuries. The access of farmers to the Maroon River within past decades has meant water has been taken for granted. However, since 2007, the land has faced a dramatic decline in rainfall and surface water. Water scarcity and limitation of available water in the region should force farmers to use water as efficiently as possible. Irrigated agriculture is one of the most water- consuming sectors in the region. Therefore, improving the productivity of existing water management practices is the most attractive option to produce more food for the increasing population. In this paper, the water productivity of irrigated wheat in Maroon is analysed. Some 125 farmers from the northern and southern parts of the Maroon Irrigation Network were selected by using a stratified random sampling method. Data were collected through surveying techniques such as questionnaires and interviewing. The data were analysed by using a statistical package for social sciences (SPSS16). Based on the research results, most of the farmers were middle-aged and with a low level of literacy. Water in the Behbahan region was considered as a service rather than an economically high-value commodity. Also crop per drop (CPD) index in comparison with similar regions (as a result of high water consumption) was lower than the average CPD index in 2007 and 2008 and was 0.48 and 0.41 kg m−3 respectively. The critical role of water in the border-based provinces of Iran with due respect to sociocultural and political consequences, as for example in Khuzestan, reinforces the need to employ urgent tactics to increase water productivity through improving knowledge and infrastructure-based systems. Copyright © 2013 John Wiley & Sons, Ltd.

RÉSUMÉ

Le développement rapide de la population en Iran et les pratiques non durables de développement agricole ont entraîné une demande croissante en eau d'irrigation. Ce processus ainsi que les restrictions sur les ressources en eau en Iran exigent une enquête et des recherches dans le domaine de la productivité de l'eau. Le district de Behbahan (Réseau d'irrigation Maroon), dans la province du Khuzestan, a été considéré comme une terre fertile pour l'activité agricole pendant des siècles, car il a bénéficié de la rivière Maroon. L'accès non contraint des agriculteurs à la rivière Maroon dans les dernières décennies a fait de l'eau un dû. Toutefois, depuis 2007, le pays fait face à un déclin dramatique des précipitations et des eaux de surface. La pénurie d'eau et la limitation de l'eau disponible dans la région devraient obliger les agriculteurs à utiliser l'eau le plus efficacement possible. L'agriculture irriguée est l'un des secteurs les plus consommateurs d'eau dans la région. Par conséquent, l'amélioration de la productivité des ressources en eau existantes est l'option la plus intéressante pour produire plus de nourriture pour une population croissante. Dans cet article, la productivité de l'eau pour le blé irrigué, la rivière Maroon, est analysée. 125 agriculteurs des régions du Nord et du Sud du réseau de Maroon ont été sélectionnés à l'aide de la méthode d'échantillonnage stratifié aléatoire. Les données ont été recueillies par questionnaires et interview. Les données ont été analysées à l'aide de logiciel de statistiques pour les sciences sociales (SPSS16). Sur la base des résultats des recherches, il est apparu que la plupart des paysans étaient dans leur Moyen Age et avaient un faible niveau d'alphabétisation. L'eau dans cette région a été considérée comme un produit de service plutôt que comme une commodité de valeur économique élevée. L'indice de productivité de l'eau (masse de blé par goutte d'eau, DPC, 0.48 et 0.41 kg m−3 en 2007 et 2008 respectivement) était inférieur à la moyenne de l'indice DPC de régions similaires, en raison de la consommation d'eau élevée. Le rôle critique de l'eau dans les provinces frontalières d'Iran, avec toutes leurs composantes socio-culturelles et politiques, comme par exemple ici, au Khuzestan, renforce le besoin de recourir urgemment à des tactiques pour augmenter la productivité de l'eau en améliorant les connaissances et les infrastructures. Copyright © 2013 John Wiley & Sons, Ltd.