SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • local communities;
  • irrigation development;
  • irrigated system rehabilitation;
  • rice production;
  • sub-Saharan Africa
  • communautés locales;
  • développement de l'hydro-agriculture;
  • réhabilitation de système irrigué;
  • production rizicole;
  • Afrique subsaharienne

ABSTRACT

In the period 1960–1980, Chinese and Taiwanese cooperations developed irrigated rice schemes throughout West Africa with variable success. In Benin for instance, schemes in Zonmon and Bamè (Ouémé Valley) were abandoned upon withdrawal of the project developers and have been sub-optimally used ever since, while the neighbouring scheme of Koussin-Lélé (Zou Valley) is still functional (double rice cropping) and well operated and maintained by the farmers. The factors for success and failure were investigated by comparing the two abandoned schemes with the successful one, using field observations and stakeholder surveys. We observed that (i) operation and maintenance costs associated with irrigation were presumably lower in the successful scheme––where irrigation was driven by gravity––compared to the failed ones––where part of the schemes were designed for motor-pump driven irrigation. Moreover, contrary to the situation in the unsuccessful schemes, farmers in the successful scheme of Koussin-Lélé benefit from (ii) external technical support, (iii) a favourable land tenure policy, entailing seasonal redistribution of plots favouring active and motivated producers, (iv) reliable access to credit, and (v) an effective farmer organization. These observations underscore the importance of addressing the longer-term technical and financial needs of the beneficiaries for the successful development of irrigation schemes advancing smallholder farmers in sub-Saharan Africa. Copyright © 2013 John Wiley & Sons, Ltd.

RÉSUMÉ

Pendant la période 1960–1980, les coopérations chinoise et taïwanaise ont aménagé des périmètres pour la riziculture irriguée dans toute l'Afrique de l'Ouest, qui ont connu des succès variés. Par exemple, au Bénin, les périmètres de Zonmon et de Bamè (Vallée de l'Ouémé) ont été abandonnés après le retrait des initiateurs du projet et depuis lors ne sont pas utilisés de façon optimale, tandis que le périmètre voisin de Koussin-Lélé (Vallée du Zou) est toujours fonctionnel (double culture du riz), bien géré et entretenu par les paysans. Pour comprendre les facteurs qui sous-tendent les succès et les échecs, des études ont été menées en comparant les deux périmètres abandonnés avec celui couronné de succès, en faisant des observations de terrain et des enquêtes auprès des acteurs. Nous avons observé que (i) les coûts de fonctionnement et d'entretien liés à l'irrigation étaient vraisemblablement plus bas dans le périmètre couronné de succès––où l'irrigation se faisait par gravité––par rapport aux périmètres qui ont échoué––où une partie des aménagements était conçue pour l'irrigation par pompage. De plus, contrairement à la situation dans les périmètres qui ont échoué, les paysans du périmètre réussi de Koussin-Lélé bénéficient des avantages suivants: (ii) appui technique externe, (iii) politique foncière favorable qui suppose une redistribution des parcelles profitant à des producteurs actifs et motivés, (iv) accès aux crédits, et (v) organisation paysanne efficace. Ces observations soulignent l'importance d'aborder les besoins techniques et financiers des bénéficiaires à long terme. Cette action induira la réussite de l'aménagement des périmètres irrigués en vue de faire progresser les petits producteurs en Afrique subsaharienne. Copyright © 2013 John Wiley & Sons, Ltd.