Fire frequency and species associations in perennial grasslands of south-west Ethiopia

Authors


Michael J. Jacobs, PO Box 445, Fortine, Montana 59918, U.S.A. Tel: +(406) 882 4882; e-mail: mjjcas@libby.org

Abstract

Fires play an important role in shaping species composition and associations in East African grasslands. Grassland plains of Omo National Park (ONP), Ethiopia, which are dominated by perennial grass species, exist in a fire-prone environment. Our objective was to determine if the current pattern of plant species composition in ONP's grassland plains was correlated with the historical pattern of fire frequency. Species composition was determined at 160 plots along 30 west-trending transects, approximately 2 km apart. Fire frequency for each plot was estimated using eleven Landsat satellite images that spanned a 23-year period. The Mantel and partial Mantel tests were used to test for correlation between species composition and fire frequency.

Plots in the northern grassland plain appear to burn every other year, while plots in the southern grassland plain burn once every 4–5 years. However, no significant correlation was found between patterns in species composition and fire frequency. Likewise, a selective analysis by functional group (i.e. grass, shrubs) revealed no relationship with fire frequency. It appears that fire does play a role in dictating species composition in ONP, but only in the sense that species that can tolerate the current fire regime persist. Species distribution, however, appears to be under the influence of other factors.

Résumé

Les feux jouent un rôle important dans la composition et les associations d'espèces dans les prairies d'Afrique de l'Est. Les plaines herbeuses du Parc National de l'Omo (ONP) en Ethiopie, qui sont dominées par des espèces d'herbes pérennes, se trouvent dans un environnement propice aux feux . Notre objectif consistait à déterminer si le schéma actuel de la composition des espèces des plaines herbeuses de l'ONP était lié au schéma historique de l'occurrence des feux. On a déterminé la composition des espèces à 160 endroits, le long de transects orientés vers l'ouest, éloignés l'un de l'autre d'environ deux kilomètres. On a estimé la fréquence des feux pour chaque endroit en utilisant onze photos satellites Landsat qui couvraient une période de 23 ans. On a employé les tests Mantel et Mantel partiel pour tester la corrélation entre la composition des espèces et la fréquence des feux.

Les endroits situés dans la plaine herbeuse du nord semblent brûler tous les deux ans, ceux de la plaine herbeuse du sud brûlent tous les quatre ou cinq ans. Cependant, on n'a trouvé aucune corrélation significative entre les schémas de composition des espèces et la fréquence des feux. De même, une analyse sélective par groupe fonctionnel (p.ex. les herbes, les buissons) n'a révélé aucune relation avec la fréquence des feux. Il semble que les feux jouent un rôle en dictant la composition des espèces dans l'ONP, mais seulement dans le sens que seules survivent les espèces qui peuvent tolérer le régime de feux actuel. La distribution des espèces semble pourtant subir l'influence d'autres facteurs.

Ancillary