SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Ceratotherium;
  • ranges;
  • rhinos;
  • scent-marking;
  • territories

Boundaries associated with reserves or conservation areas may alter spatial patterns of individuals, and may affect the sexes differently in species that exhibit sex-specific patterns of space use. Because of poaching threats, most African rhinos today persist within sanctuaries or reserves with fenced perimeters. We examined spatial patterns of adult white rhinos (Ceratotherium simum) in Matobo National Park, Zimbabwe. Matobo Park contains a high-density population of rhinos within a fenced reserve and a lower-density group outside of the fenced area. Adult females in the lower-density group used significantly larger home ranges than those in the high-density group. Overlap among female home ranges was extensive in both groups. Adult male white rhinos establish territories that are exclusive of other males performing scent-marking behaviours, and in Matobo Park, male territories were much larger than those observed in other populations of white rhinos. Additionally, few adult males in the high-density reserve held territories that occupied most available space; two-thirds of adult males were excluded from establishing territories, and followed a non-territorial tactic. In the absence of dispersal opportunities, managers may need to regulate the number of males within smaller reserves. Monitoring of spatial patterns should be undertaken to permit management decisions to be made with an understanding of male behaviour and territorial status.

Résumé

Les limites des réserves ou des aires de conservation peuvent modifier les schémas spaciaux des individus et peuvent toucher différemment les sexes dans les espèces qui présentent des schémas spécifiques d’utilisation de l’espace. En raison des menaces de braconnage, la plupart des rhinos africains vivent maintenant dans des sanctuaires ou des réserves clôturés. Nous avons examiné les schémas spatiaux des rhinos blancs adultes (Ceratotherium simum) du Parc National de Matobo, au Zimbabwe. Le Parc de Matobo abrite une population très dense de rhinos dans une réserve clôturée et un groupe moins dense en dehors de cette zone. Les femelles adultes du groupe moins dense occupaient des espaces vitaux significativement plus vastes que celles du groupe plus dense. Le recouvrement des espaces vitaux des femelles était important chez les deux groupes. Les rhinos blancs mâles adultes établissent des territoires qui excluent tout autre mâle qui présente un comportement de marquage d’odeur et, au Parc de Matobo, les territoires des mâles sont beaucoup plus étendus que ceux que l’on observe chez les autres populations de rhinos blancs. De plus, quelques mâles adultes de la réserve densément peuplée se réservaient des territoires qui occupaient la plus grande part de l’espace disponible; deux tiers des mâles adultes ne pouvaient établir de territoire et utilisaient des techniques non territoriales. Quand il n’y a pas de possibilité de dispersion, les gestionnaires peuvent avoir besoin de réguler le nombre de mâles dans les petites réserves. Il faudrait commencer à contrôler les schémas spaciaux pour prendre des décisions de gestion qui tiennent compte du comportement et du statut social des mâles.