Habitat utilization and home range of the redwing francolin, Francolinus levaillantii, in highland grasslands, Mpumalanga province, South Africa

Authors


R. Jansen, E-mail: tmcrowe@botzoo.ucl.ac.za

Abstract

The effects of intensive commercial livestock farming on the distribution and habitat use of the redwing francolin, Francolinus levaillantii, was investigated to identify habitat constraints that may contribute towards the observed decline of this species on livestock farms. Data on the size, placement of the home ranges and compositional habitat use from ten radio-tracked individuals, five in commercially grazed (and frequently burned) and five in protected (and infrequently burned) highland grasslands, was collated to determine habitat preferences. Mean home range size within protected and grazed grassland study sites were similar and ranged between 7.6 and 15.4 hectares. However, habitat use by groups in grazed grasslands was restricted to areas of greater cover and food availability. Group sizes were significantly larger in protected (mean 3.77, n = 111 coveys) than in grazed and frequently burned grassland (mean = 2.96, n = 135 coveys). Smaller coveys in grazed habitats had smaller home ranges and were further spaced from one another. It is therefore suggested that habitat degradation, through excessive defoliation of the grassland from heavy grazing and frequent burning, both fragments francolin subpopulations and reduces the ecological availability of suitable habitat. Thus, undermining the metapopulation structure of the redwing francolin in these commercially grazed grasslands.

Résumé

On a étudié les effets d'une exploitation commerciale intensive de bétail sur la distribution et l'utilisation de l'habitat du francolin à ailes rouges Francolinus levaillantii afin d'identifier les contraintes sur l'habitat qui pourraient contribuer au déclin constaté de cette espèce dans les fermes d'élevage. On a rassemblé des données sur la taille, l'emplacement des territoires et la composition de l'utilisation de l'habitat fournies par dix individus équipés de colliers radio, cinq vivant dans un habitat pâturé commercialement (et fréquemment brûlé) et cinq vivant dans de hautes prairies protégées (et peu brûlées), afin de déterminer les préférences en matière d'habitat. La taille moyenne d'une aire de répartition était semblable dans les deux cas et variait de 7,6 à 15,4 hectares. Cependant, l'utilisation de l'habitat par les groupes dans les prairies pâturées se limitait aux zones mieux couvertes où la nourriture est plus abondante. La taille des groupes était significativement plus grande dans les zones protégées (moyenne = 3,77, n = 111 compagnies) que dans les zones fréquentées et souvent brûlées (moyenne = 2,96, n = 135 compagnies). Les plus petites compagnies vivant dans les zones pâturées avaient des aires de répartition plus petites et étaient plus éloignées les unes des autres. On suggère dès lors que la dégradation de l'habitat, en raison d'une défoliation excessive de l'herbe due au pâturage intensif et aux feux fréquents, fragmente les souspopulations de francolins et réduit la disponibilitéécologique des habitats favorables, ce qui mine la structure de la métapopulation de francolins à ailes rouges dans ces zones commercialement exploitées pour le bétail.

Ancillary