The ecological changes of Echuya afromontane bamboo forest, Uganda

Authors


: A. Y. Banana, Faculty of Forestry and Nature Conservation, Makerere University, PO Box 7062 Kampala, Uganda. Fax: +256 41 533574; e-mail: banana.foresmuk@inforcom.co.ug

Abstract

Echuya forest reserve was gazetted in 1939 and was then mainly a bamboo forest with very few hardwood trees. However, the current ecological situation shows that hardwood trees are replacing bamboo. This study analysed the current ecological situation in relationship to past ecological changes and influences. Line transects were laid systematically at 1000 m intervals across the forest in order to describe the current vegetation variation.

Echuya forest has changed in size and composition from 1954 to the present. The area occupied by pure bamboo has decreased from 20.5% to 12.5%, bamboo–hard wood mixture decreased from 48.2% to 26.2% and pure hardwood stands increased from 16% to 51%. It can be suggested that the exclusion of fire, herbivores and human activities after reservation of Echuya have gradually led to the conversion of the grassland–bamboo ecosystem into a hardwood forest ecosystem. Macaranga kilimandscharia Pax. is the major colonizing hardwood tree species. Most of the gaps are covered with heavy loads of Mimulopsis species climbers, which suppress bamboo growth.

Résumé

La Réserve Forestière d' Echuya a été enregistrée en 1939 ; c'était à l'époque surtout une forêt de bambous avec très peu d' arbres durs. Pourtant, la situation actuelle montre que les arbres de bois dur sont en train de remplacer le bambou. Cette étude analyse la situation écologique actuelle qu'elle met en relation avec les changements et les influences écologiques passés. On a tracé systématiquement des lignes de transect à 1000 mètres d' intervalle, à travers la forêt pour décrire la variation actuelle de la végétation.

Depuis 1954, la forêt d' Echuya a changé de taille et de composition. La surface occupée par les seuls bambous s'est réduite de 20,5% à 12,5%, la zone mixte de bambous et d' arbres durs a diminué de 48,2% à 26,2%, et les surfaces de bois durs ont augmenté de 16% à 51%. On peut penser que l' absence de feux, d'herbivores et d' activités humaines après la mise en réserve d' Echuya a conduit progressivement à la conversion de l' écosystème prairies-bambous à l' écosystème de forêt d' arbres de bois dur. La principale espèce colonisatrice parmi eux est Macaranga kilimandscharia Pax. La plupart des clairières sont recouvertes de tas de plantes grimpantes de l'espèce Mimulopsis qui empêchent la croissance des bambous.

Ancillary