SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Bangweulu;
  • group;
  • Kafue;
  • oribi;
  • Ourebia;
  • Zambia

Abstract

The oribi (Ourebia ourebi, Zimmermann, 1783) is a small species of antelope widely represented across open grasslands of sub-Saharan Africa. Although largely territorial, differences in group size and mating systems (monogamy/polygamy), have been linked to habitat conditions and population density. At high population densities, additional males are recruited to assist in territorial defence. Other factors which might impact on group size, include predation threat, especially at low population densities. In this study (1995–98), we recorded group sizes of oribi across two contrasting areas (c. 300 km2 each) of Zambia with (Kafue), and without (Bangweulu), large vertebrate predators. A total of 412 groups was recorded across the two sites, with mean sizes of 2.31 (n = 217) at Bangweulu and 2.33 (n = 195) at Kafue. The modal group size was two throughout (range 1–6). Groups were more variable in size and sex composition at Kafue than at Bangweulu, but there was no significant difference in estimates of population density between sites. Mean estimates were 2.02 and 1.90 km−2 for Bangweulu and Kafue, respectively. Sex ratios (males : females) were biased towards females (1 : 1.72 and 1 : 3.55, respectively) at both sites. Adult males were particularly scarce at Kafue. However, values of density and group size, were both unexceptional for the species. Whilst a modal group size of two is consistent with a monogamous mating system, variations in group composition and size were more difficult to explain. Adult females appeared to retain or recruit additional animals to groups, irrespective of the needs of territorial defence. This suggests that vigilance is an important function of groups on large open plains, especially in the presence of predators. By extension, reversed sexual dimorphism in oribi could reflect increased selection for vigilance duties in females. Predators had no apparent effect on population density, but oribi groups were more variable in size and sex composition in their presence. Adult males may be particularly vulnerable to predation when defending territorial borders at low population densities. However, further work is needed to define group dynamics in this species and to identify causes of mortality amongst adult males.

Résumé

L'oribi (Ourebia ourebi, Zimmermann, 1783) est une petite espèce d'antilope largement présente dans les prairies ouvertes d'Afrique sub-saharienne. Bien qu'elle soit principalement territoriale, on a pu lier des différences dans la taille des groupes et dans le système d'accouplement (monogamie/polygamie), aux conditions de l'habitat et à la densité de la population. Lorsque la densité de population est élevée, des mâles supplémentaires sont recrutés pour aider à la défense territoriale. D'autres facteurs qui pourraient influencer la taille des groupes incluent la menace des prédateurs, spécialement si la densité de population est faible. Dans cette étude (de 1995 à 1998), nous avons relevé le taille des groupes d'oribis dans deux zones très différentes (env. 300 km2 chacune) de Zambie avec (Kafue) et sans (Bangweulu) grands vertébrés prédateurs. On a relevé un total de 412 groupes pour les deux sites, dont la taille moyenne était de 2.31 (n = 217) à Bangweulu et de 2.33 (n = 195) à Kafue. La taille modale du groupe était deux partout (allant de 1 à 6). Les groupes étaient plus variables en ce qui concerne la taille et le sex-ratio à Kafue qu'à Bangweulu, mais il n'y avait pas de différence significative des estimations de densité de population entre les sites. Les estimations moyennes étaient respectivement de 2.02 et de 1.90/km2 pour Bangweulu et pour Kafue. Le sex-ratio (mâles : femelles) était biaisé en faveur des femelles (1 : 1.72 et 1 : 3.55 respectivement) sur les deux sites. Les mâles adultes étaient particulièrement rares à Kafue. Cependant, les valeurs, tant pour la densité que pour la taille des groupes, n'étaient pas exceptionnelles pour l'espèce. Si une taille modale de groupe de deux correspond bien à un système de reproduction monogame, les variations de la composition de la taille des groupes sont plus difficiles à expliquer. Il semble que les femelles adultes maintiennent ou recrutent des animaux supplémentaires pour le groupe, quels que soient les besoins de défendre le territoire. Ceci laisse penser que la vigilance est un fonction importante pour les groupes qui vivent dans de vastes plaines ouvertes, spécialement lorsqu'il y a des prédateurs. Par extension, le dimorphisme sexuel inversé chez les oribis pourrait refléter une sélection accrue pour les devoirs de vigilance chez les femelles. Les prédateurs n'ont pas d'effets visibles sur la densité de la population, mais les groupes d'oribis ont une taille et un sex-ratio plus variables en leur présence. Les mâles adultes pourraient être particulièrement vulnérables à la prédation lorsqu'ils défendent les limites du territoire et que la densité de population est faible. Cependant, d'autres travaux sont nécessaires pour définir la dynamique du groupe de cette espèce et pour identifier les causes de mortalité des mâles adultes.