SEARCH

SEARCH BY CITATION

Cet article porte sur la nature de l’insécurité au travail et traite de données aussi bien conceptuelles que méthodologiques en rapport avec notre compréhension de ses conséquences. Une revue de littérature débouche sur le constat qu’il est nécessaire de faire appel à nombre de travaux théoriques et empiriques pour cerner la nature de l’insécurité au travail, développer des mesures psychométriquement valides de ses différents aspects et parvenir à des conclusions pertinentes sur les effets de l’insécurité. L’insécurité au travail est d’abord définit comme une source de stress multidimensionnelle relevant de l’expérience subjective. Ensuite, les nombreux aspects de l’insécurité au travail peuvent avoir des conséquences divergentes ou du moins être différentiellement reliés à des variables dépendantes potentielles telles que les attitudes relatives au travail, la performance professionnelle, la santé physique, le bien-être mental ou les symptômes de stress induits par le travaìl. Puis, étant donné que la plupart des recherches sur l’insécurité au travail ont été transversales, il reste à effectuer beaucoup d’investigations avant que nous sachions comment, ou si, l’insécurité contribue à modifier ces variables, Enfin, on peut imaginer nombre de facteurs susceptibles d’avoir un impact sur les relations entre l’insécurité au travail et ses retombées possibles. Pour améliorer la compréhenions de ce qu’est l’insécurité au travail et de ce qu’elle peut impliquer pour l’individu, il est indispensable de prendre en compte ces données dans des recherches aussi bien théoriques qu’empiriques.

This paper focuses on the nature of job insecurity and addresses conceptual as well as methodological issues affecting our understanding of its consequences. A review of the literature suggests that a great deal of theoretical and empirical work is needed to capture the nature of job insecurity, develop psychometrically sound measures of the different aspects, and arrive at valid conclusions regarding the effects of insecurity. First, job insecurity is defined as a subjectively experienced stressor which may be divided into different dimensions. Second, the multiple aspects of job insecurity may have divergent consequences or at least be differentially related to potential outcomes such as work-related attitudes, job performance, physical health, mental well-being, and job-induced stress symptoms. Third, given that most studies on job insecurity have been cross-sectional, a lot of work remains before we know how, or if, insecurity contributes to changes in such outcomes. Fourth, there are a number of plausible factors that may moderate the relationships between job insecurity and its potential outcomes. Addressing these issues in theoretical as well as empirical work is necessary, we argue, to improve the understanding of both what job insecurity is and what it may imply for the individual.