Informal Commerce: Expansion and Exclusion in the Historic Centre of the Latin American City

Authors


Abstract

Informal commerce, characterized by market and street trading activities, thrives in the central areas of many Latin American cities. Focusing on the neglected spatial dimension of informal commerce, the paper traces its considerable expansion in the historic centre of Quito in Ecuador since the early 1970s and examines the issues which have prompted municipal intervention. An early municipal response involves some attempts at redistribution of informal commerce, justified by essentially functional issues such as hygiene and congestion. However, the introduction of conservation policy and the way this policy evolved to embrace a broad concern for the urban environment is associated with the emergence of an aesthetic/cultural discourse in attitudes towards informal commerce. The authorities are increasingly motivated towards ‘selling’ a new image of the historic centre and encouraging new economies oriented towards the tourist and a relatively wealthy clientele. Moves to exclude informal commerce have concentrated on the most visible spaces, particularly those of the principal squares. Although informal trade hidden from view continues to thrive, only time and further research will show whether the re-presentation of the historic centre and the promotion of new economies will finally effect the exclusion of informal commerce as a culmination of long-term efforts to control its occupation of space.

Le commerce officieux, caractérisé par les activités commerciales dans les rues et sur les marchés, est prospère dans les zones centrales de nombreuses villes d'Amérique latine. Se concentrant sur la dimension spatiale du commerce officieux, jusqu'à présent négligée, cet article retrace son expansion considérable dans le centre historique de Quito, dans l'Équateur, depuis le début des années 1970, et examine les raisons qui ont poussé la municipalitéà intervenir. Dans les premiers temps, les réponses de la municipalité ont inclus des tentatives de redistribution du commerce officieux, justifiées par des problèmes principalement fonctionnels tels que l'hygiène et les encombrements. Cependant, l'introduction d'une politique de conservation et la fa??on dont cette politique a évolué afin d'inclure des préoccupations plus larges quant à l'environnement urbain sont associées à la naissance d'un discours esthétique/culturel des attitudes quant au commerce officieux. Les autorités sont de plus en plus incitées à‘vendre’ une image nouvelle du centre historique et à encourager les économies nouvelles orientées vers le tourisme et vers une clientèle relativement aisée. Les tentatives d'exclusion du commerce officieux se sont concentrées sur les espaces les plus visibles, en particulier ceux des places principales. Bien que le commerce officieux caché continue à prospérer, ce n'est que dans l'avenir et en faisant d'autres études que l'on pourra savoir si la re-présentation du centre historique et la promotion des nouvelles économies, point culminant des efforts ?ˆ long terme pour contrôler son occupation de l'espace, influenceront finalement l'exclusion du commerce officieux.

Ancillary