SEARCH

SEARCH BY CITATION

The Thai automotive industry first developed around Bangkok where Japanese car–makers were the first to open plants. During the 1980s, car–makers had to increase their local purchasing to cope with government local content policies. This led to a broader penetration of Japanese parts–makers who also tended to locate their plants close to their affiliated customer. In the 1990s, however, some changes appeared: firstly, the increasing market and the expectation of further growth pushed Japanese car–makers to establish new plants; secondly, the need to cut costs because of increased competition resulted in a new penetration of Japanese parts–makers and subcontractors; thirdly, the excessive concentration around Bangkok pushed the government to implement new policies to develop and industrialize peripheral areas by investing in infrastructures and offering incentives. Additional clusters appeared in several new industrializing areas outside the Bangkok suburb, mainly on the eastern seaboard, with Japanese car and parts–makers opening their new plants in these areas, and with Ford and GM, followed by American parts–makers, also choosing such locations. The article presents these changes in the clustering dynamics in relation to firms’ strategies and public policies, discussing these issues within the framework of the role of the Thai automobile industry in South–East Asia (ASEAN).

L’industrie automobile thaïlandaise s’est dans un premier temps développé autour de Bangkok où les constructeurs automobiles japonais ont ouvert les premières lignes d’assemblage. Dans les années quatre–vingt, la politique de contenu national mise en uvre par le gouvernement a incité les constructeurs à augmenter leurs achats locaux, ce qui a conduit à l’implantation dans la même région, des fournisseurs japonais pour alimenter les usines de leurs clients. La décennie suivante a été marquée par plusieurs inflexions: la croissance effective et potentielle du marché a conduit les constructeurs japonais àédifier de nouvelles usines d’assemblage; le renforcement de la pression concurrentielle a rendu nécessaire une réduction des coûts, favorisant l’arrivée de nouveaux entrants dans l’industrie des composants; la concentration excessive dans la région de Bangkok a amené le gouvernement a mettre en uvre une politique de développement et d’industrialisation des régions périphériques par la construction d’infrastructures et des mesures volontaristes d’aide à l’aménagement du territoire. Des complexes automobile se sont édifiés dans de nouveaux espaces en dehors de Bangkok et sa banlieue, principalement vers le bord de mer au sud est. Les nouvelles implantations de constructeurs et fournisseurs japonais ont été suivies par l’arrivée des firmes américaines (Ford et GM). Le papier retrace l’évolution de ces dynamiques d’agglomération en Thaïlande, résultats des stratégies des firmes automobiles et des politiques publiques, tout en analysant la place que prend ce pays en Asie du Sud Est (ASEAN).