SEARCH

SEARCH BY CITATION

In this paper we compare the orthodox optimal tariff formula with the appropriate welfare–maximizing tariff when there are a few producing or importing firms. The welfare–maximizing tariff can be very low, voire negative in some cases, while in others it can even exceed the maximum–revenue tariff. The relationship between the welfare–maximizing tariff and the number of firms need not be monotonically increasing, because the tariff is not strictly used to internalize terms of trade externality. It is also used to manipulate cost asymmetries between producing and importing firms. Welfare–maximizing specific tariffs are never worse than their ad valorem counterparts. JEL Classification F13, L13

Tarif qui maximise le bien être et tarif qui maximise le revenu quand on est en présence de peu de firmes. Nous comparons le tarif optimal orthodoxe au tarif maximisant le bien être lorsqu’il y a peu de firmes productrices ou importatrices. Le tarif qui maximise le bien être est parfois très bas, même négatif, mais il peut excéder le tarif qui maximise le revenu dans d’autres cas. La relation entre le tarif et le nombre de firmes n’est pas nécessairement monotone parce que le tarif n’est pas strictement utilisé pour améliorer les termes d’échange. Il est aussi utilisé pour manipuler les asymétries dans les coûts des firmes productrices et importatrices. Le tarif spécifique n’est jamais dominé par le tarif ad valorem.