SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • biodiversity;
  • Edo State;
  • forest reserve;
  • Mollusca;
  • Nigeria;
  • species richness

Abstract

Knowledge of the fauna of tropical lowland rainforest is urgently necessary because of the high rate of biodiversity loss and global extinction of species as a result of deforestation. We studied land molluscs species richness and diversity in four heavily degraded secondary forest reserves and one old-growth forest reserve in Edo State, Nigeria using a combination of direct fixed-time search and litter-sieving techniques in twelve plots of 400 m2 each per reserve. A total of 43 species and 2570 individuals were collected from all the reserves. Local species richness ranged from 19 to 39 species while number of specimens from 203 to 971. Molluscan species richness and diversity is significantly higher in the old-growth forest than in the disturbed forest reserves. Land molluscs family composition was similar in all the forests with respect to the common and wide-ranging species while rare and narrow-range species are restricted to the old-growth forest in Okomu. The carnivorous streptaxids and detritivorous subulinids dominate species richness and abundance respectively in all the sites. Species turnover is moderately high within and between the forest reserves indicating the uniqueness of the faunal composition of each forest and the need for adequate protection.

Résumé

Il est urgent de bien connaître la faune de la forêt pluviale de basse altitude étant donné le rythme rapide des pertes de biodiversité et des extinctions globales d'espèces qui résultent de la déforestation. Nous avons étudié la richesse et la diversité des espèces de mollusques terrestres dans quatre réserves de forêts secondaires fortement dégradées et dans une réserve de vieille forêt primaire de l'État d'Edo, au Nigeria, en combinant une recherche directe de durée fixe et des techniques de tamisage de la litière dans 12 parcelles de 400 m² chacune par réserve. Nous avons collecté un total de 2570 individus pour 43 espèces. La richesse locale des espèces allait de 19 à 39 espèces alors que le nombre de spécimens allait de 203 à 971. La richesse et la diversité des espèces de mollusques sont significativement plus élevées dans l'ancienne forêt primaire que dans les réserves forestières perturbées. La composition des familles de mollusques terrestres était comparable dans toutes les forêts pour ce qui est des espèces communes et largement distribuées, alors que les espèces rares et celles à la distribution limitée étaient restreintes à l'ancienne forêt primaire d'Okumu. Les streptaxidés, carnivores, et les subulinidés, détritivores, dominaient respectivement dans la richesse et l'abondance des espèces sur tous les sites. Le taux de renouvellement des espèces est modéré à l'intérieur et entre les réserves forestières, ce qui indique le caractère unique de la composition faunique de chaque forêt et la nécessité d'une protection adéquate.