SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • elephant;
  • local extirpation;
  • marula;
  • monitoring;
  • mortality;
  • pollarding;
  • population dynamics;
  • Sclerocarya birrea ;
  • toppling

Abstract

Sclerocarya birrea subsp. caffra (marula), a keystone large tree species in southern Africa and heavily utilized by people and herbivores, is declining at an unprecedented rate in the Kruger National Park (KNP), South Africa. Due to increasing concerns over large tree declines in the KNP, mirroring those in eastern Africa over the last 50 years, and local extinctions of marula populations in the north-western KNP, adult trees in the southern KNP were monitored between 2001 and 2010. Annual mortality rates across all adult size classes ranged between 3.2 and 4.6%. Loss of adult marula trees in some areas over the last decade exceeded 25%. Rainfall had a strong influence on mortality rates temporally and spatially, but the distance to the nearest perennial river had little influence. Overall, marula populations continue to decline and further local extinctions are possible. Given the clearly unacceptable trends of decline, the next step is to utilize this information (i) to develop predictive models for the future dynamics of marula populations incorporating all drivers; (ii) to advocate active management of refugia within the park where marula populations are protected from elephant impacts; and in combination with (iii) continued monitoring.

Résumé

Le Sclerocarya birrea subsp. caffra (marula), un grand arbre essentiel en Afrique australe et orientale qui est largement utilisé par les hommes et par les herbivores, est en train de décliner à un rythme sans précédent dans le Parc National Kruger (PNK), en Afrique du Sud. Vu l'inquiétude croissante au sujet du déclin des grands arbres dans le PNK, comparable à celui constaté en Afrique de l'Est au cours des 50 dernières années, et les extinctions locales des populations de marulas dans le nord-ouest du PNK, les arbres adultes du sud du PNK ont été suivis entre 2001 et 2010. Le taux de mortalité annuel, dans toutes les classes d'âge adulte, allait de 3,2 à 4,6%. La perte d'arbres marulas adultes a dépassé 25% dans certaines régions au cours de la dernière décennie. Les chutes de pluie ont eu une grande influence sur le taux de mortalité, aussi bien dans le temps que dans l'espace, mais la distance par rapport à la plus proche rivière permanente avait peu d'influence. Partout les populations de marulas continuent à décliner, et de nouvelles extinctions locales sont possibles. Étant donné que cette tendance déclinante est inacceptable, l'étape suivante consiste à utiliser ces informations pour : 1) développer des modèles prédictifs pour la future dynamique des populations de marulas en intégrant tous les facteurs impliqués ; 2) plaider pour une gestion active de refuges dans le parc où les populations de marulas seront protégées de l'impact des éléphants ; en combinaison avec 3) un suivi continu.