SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Lutra ;
  • otter;
  • river

Abstract

Otters are threatened by habitat loss and the pollution of their riverine habitat. Environmental impacts on top predators are often the first indication of habitat deterioration. It is rare for predator-prey-habitats to be monitored over long time intervals (decades), however necessary that may be. Here, we report on the decline in otter relative abundance in a previously pristine habitat and speculate on its causes. We surveyed sign of coexisting otters (Aonyx capensis and Lutra maculicollis) along a river in Kamberg Nature Reserve in uKhahlamba Drakensberg Park, KwaZulu-Natal, South Africa. The area, Stillerust, lies downstream of a commercial dairy farm and a rural village–subsistence farming area. Data collected recently were compared with two previous surveys, carried out in 1972–1974 and 1993–1994, and were also compared with a pristine section of river in the nature reserve, upstream of the farming areas. At Stillerust, the number of spraint (scat) sites found, for each otter species, approximated only 25% of those recorded in the earlier studies. In the pristine section of the river, the amount of sign and abundance of otters were similar to those recorded in 1993. Assessments of stream biota and water quality analyses revealed negative changes in the river below the pristine area, down to, and including, Stillerust. Visible signs of pollution were evident. Since the 1970s, the rural village population has increased ca eightfold, and the commercial farm has changed from an extensive livestock enterprize to an intensive dairy farm.

Résumé

Les loutres sont menacées par la perte d'habitat et par la pollution de leur habitat riverain. Les impacts environnementaux sur des prédateurs majeurs sont souvent le premier indice de la détérioration d'un habitat. Il est rare que l'on suive pendant de longues périodes (des décennies) des habitats de proies-prédateurs, si nécessaire que ce soit. Nous rapportons ici le déclin de l'abondance relative des loutres dans un habitat au départ intact et nous spéculons sur ses causes. Nous avons suivi les signes de deux loutres qui coexistent (Aonyx capensis et Lutra maculicollis) dans une rivière de la Kamberg Nature Reserve dans le uKhahlamba Drakensberg Park, au KwaZulu-Natal, en Afrique du Sud. La région, Stillerust, se trouve en aval d'une ferme laitière et d'un village rural pratiquant une exploitation de subsistance. Les données récoltées récemment ont été comparées à celles de deux études antérieures datant de 1972 et de 1993-1994, et elles furent aussi comparées avec celles d'une section intacte de la rivière dans la réserve naturelle, en amont des zones d'exploitation agricole. À Stillerust, le nombre de sites de dépôts de crottes, pour chaque espèce de loutre, n'était qu'environ 25% de celui rapporté dans les études précédentes. Dans la section de rivière intacte, la quantité de signes et l'abondance des loutres étaient semblables à celles notées en 1993. Les évaluations des biotes du cours d'eau et les analyses de la qualité de l'eau révèlent des changements négatifs dans la rivière en aval de la portion intacte, jusqu'à, et y compris Stillerust. Les signes visibles de pollution étaient évidents. Depuis les années 1970, la population du village a été quasi multipliée par huit, et l'exploitation commerciale est passée d'un élevage extensif de bétail à un élevage laitier.