SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Buphagus erythrorhynchus ;
  • conditional;
  • feeding preference;
  • mutualism;
  • oxpecker;
  • tick

Abstract

The oxpecker–ungulate association of sub-Saharan Africa is an example of a complicated interspecific association subject to variation in outcome. Oxpeckers (Buphagus spp.) are unusual birds because they not only glean ticks from an array of African ungulates, but they are one of the few avian species known to wound-feed from their living hosts. The conditions under which oxpeckers wound-feed and the mechanisms generating variation in this association are unclear. We took a unique approach to studying the relationship by conducting a series of feeding preference experiments on twelve captive red-billed oxpeckers (B. erythrorhynchus). We assessed how oxpecker feeding behaviour is influenced by changes in tick abundance and tick type. In cafeteria-style experiments, oxpeckers fed equally on ticks and liquid bovine blood. In experiments using donkeys as the host animal, oxpeckers spent more time wound-feeding when a less-preferred tick type was available and when tick abundance was low compared to when a preferred tick type was available and when tick abundance was high. However, oxpeckers still wound-fed even when offered a large number of the ticks they prefer. Additional experiments incorporating tick species of different stages and multiple ungulate species are necessary to fully reveal the dynamics of this association.

Résumé

L'association pique-bœuf-ongulé en Afrique subsaharienne est un exemple d'association interspécifique compliquée dont les résultats sont sujets à des variations. Les pique-bœufs (Buphagus spp.) sont des oiseaux peu communs dans la mesure où non seulement ils picorent les tiques sur toute une variété d'ongulés africains, mais ils comptent parmi les rares espèces connues pour se nourrir des blessures de leurs hôtes vivants. Les conditions qui déterminent comment les pique-bœufs se nourrissent des blessures et les mécanismes qui génèrent des variations de cette association ne sont pas clairs. Nous avons adopté une approche unique pour étudier cette relation en menant une série d'expériences sur les préférences alimentaires de 12 pique-bœufs à bec rouge (B. erythrorhynchus) en captivité. Nous avons évalué comment leur comportement alimentaire est influencé par des changements de l'abondance de tiques et par le type de tiques. Dans des expérimentations de type cafétéria, les pique-bœufs se nourrissaient à part égale de tiques et de sang liquide de bovidé. Dans des expérimentations où des ânes servaient d'animaux-hôtes, les pique-bœufs passaient plus de temps à se nourrir sur les blessures lorsqu'un type de tique moins apprécié était disponible et quant les tiques étaient moins abondantes que quand le type de tiques était plus apprécié et qu'elles étaient plus abondantes. Cependant, les pique-bœufs continuent à se nourrir sur les blessures même quand lorsqu'on leur offre un grand nombre des tiques qu'ils préfèrent. Pour découvrir complètement la dynamique de cette association, il sera nécessaire de mener d'autres expériences utilisant diverses espèces tiques à différents stades de développement et de nombreuses espèces d'ongulés