SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • browsing;
  • density;
  • elephants;
  • habitat transformation;
  • Malawi;
  • miombo woodland

Abstract

Elephants have a major influence on vegetation structure, composition and ecosystem processes, and are primary agents of habitat change in Africa. At moderate-to-high population densities, elephants can damage vegetation, especially when enclosed in protected areas. This study examines the effects of elephant browsing on woody trees in Majete Wildlife Reserve (WR), south-western Malawi. Regression analysis is used to assess the associations of six factors known to drive elephant browsing in other areas and determine which ones have the most influence on browsing at Majete WR. Twenty-four per cent of tagged trees had been subject to elephant browsing. The model with vegetation type, stem diameter and distance from permanent water correctly predicted browsing for 80% of the observations. Elephants mostly favoured riparian woodlands, followed by Acacia-dominated woodland and Brachystegia-dominated woodland. Browsing occurrence was negatively related to distance from permanent water and diameter at breast height(DBH). A larger number of trees, sampled at random and covering a larger portion of the reserve would provide more reliable estimates of browsing and related factors. Knowledge of time- and site-specific factors affecting elephant browsing can be used to forecast future habitat transformations and manipulate the range of the elephants within the reserve.

Résumé

Les éléphants ont une influence majeure sur la structure et la composition de la végétation et sur les processus écosystémiques, et ce sont des acteurs primordiaux des changements d'habitats en Afrique. Lorsque leur densité de population est de modérée à élevée, les éléphants peuvent endommager la végétation, surtout s'ils sont enfermés à l'intérieur d'une aire protégée. Cette étude examine les effets des éléphants qui consomment des arbres ligneux dans la Réserve de Faune (RF) de Majete, au sud-ouest du Malawi. Nous utilisons une analyse de régression pour évaluer les associations de six éléments connus pour influer sur l'alimentation des éléphants en d'autres endroits, et pour déterminer lesquels influencent le plus la consommation des éléphants à la RF de Majete. Vingt-quatre pourcents des arbres marqués ont été touchés par des éléphants. Le modèle comprenant le type de végétation, le diamètre des troncs et la distance par rapport à un point d'eau permanent a permis de prédire correctement 80 % des cas de consommation par les éléphants. Les éléphants privilégiaient surtout les forêts riveraines, suivies des forêts dominées par l'Acacia et par celles dominées par Brachystegia. Les cas de consommation étaient négativement liés à la distance par rapport à un point d'eau permanent et à la dbh. Un grand nombre d'arbres, choisis au hasard et couvrant une grande partie de la réserve, permettraient d'obtenir des estimations plus fiables de la consommation des éléphants et des facteurs qui y sont liés. Ce que l'on sait des facteurs spécifiques du temps et du site affectant la consommation des éléphants peut servir à prédire les futures transformations de l'habitat et à gérer la dispersion des éléphants à l'intérieur de la réserve.