Enhancing tourist opportunities to view spotted-necked otters (Lutra maculicollis) at Rubondo Island National Park: can the apriori location of latrines simplify identifying best viewing areas?

Authors


Abstract

We observed spotted-necked otters (Lutra maculicollis) along a 5.17-km section of shoreline at Rubondo Island National Park, Tanzania, during May 2008 and February, June–August 2009 to determine whether their activity areas were associated with latrine site (places along the shoreline where spotted-necked otters scent mark by depositing scats and urine) as part of an assessment to determine how tourists or researchers can best view the species. For this assessment, we compared the distance of spotted-necked otters sightings associated with the shoreline (n = 207) with the distance between an equal number of geographical information system (GIS)-generated random points to the nearest latrine for each of the respective points. The mean distances for locations of spotted-necked otter sightings to the nearest latrine differed from the mean distance of random points to latrines [171.9 m (SE = 11.30) and 66.1 m (SE = 8.16), respectively; = −9.23, df = 412, < 0.001]. Sightings also were much (2.6 times) closer to latrines that occurred in groups than those that were isolated (single). Establishing viewing sites at or near latrines (particularly those occurring in clusters) would thus seem an effective way to maximize opportunities to see spotted-necked otters.

Résumé

Nous avons observé des loutres à cou tacheté (Lutra maculicollis) le long d'une section de 5,17 km de rive dans le Parc National de Rubondo Island, en Tanzanie, en mai 2008 et en février, juin, juillet, août 2009, pour déterminer si leurs zones d'activité étaient liées aux latrines (lieux le long de la berge où ces loutres laissent une marque olfactive en y déposant épreintes et urines), dans le cadre d'une évaluation visant à déterminer comment touristes et chercheurs pourraient le mieux observer cette espèce. Pour cette évaluation, nous avons comparé la distance des observations de loutres à cou tacheté liées à la berge (n = 207) à la distance entre un nombre équivalent de points déterminés au hasard par un système d'information géographique (SIG) et la latrine la plus proche pour chaque point, respectivement. La distance moyenne entre les lieux d'observation des loutres et la latrine la plus proche était différente de la distance moyenne entre les points pris au hasard et les latrines (171,94 [SE = 11,30] et 66,13 [SE = 8,16], respectivement; t = −9,23, df = 412, < 0,001). Les observations étaient aussi beaucoup (2,6 fois) plus proches des latrines lorsque ces dernières étaient regroupées que quand elles étaient isolées. Installer des sites d'observations sur ou près des sites des latrines, particulièrement celles qui sont regroupées, semblerait donc un moyen efficace d'optimiser les chances d'observer des loutres à cou tacheté.

Ancillary