Canopy openness in gaps determines the influence of herbaceous climbers and insect folivory on the survival of a tropical pioneer tree, Neoboutonia macrocalyx Pax

Authors


Abstract

Gaps created 10 years ago by clearing of conifer plantations in Kibale National Park, Uganda, still experience very little tree regeneration. We studied the arrested succession by examining the survival of Neoboutonia macrocalyx Pax in different sized canopy gaps. We examined whether Neoboutonia seedlings can survive in gaps, which the tree rarely colonizes naturally and whether survival is limited by the size of the canopy opening, herbaceous climbers or insect folivory. A total of 384 seedlings were planted in 24 gaps, and survival was monitored for 19 months. Survival was dependent on canopy openness, being lowest in small gaps and highest in large gaps. We found a significant negative relationship between survival and folivory and a positive relationship between survival and climber infestation. Because 53% of the seedlings survived, regeneration could be limited by seed dispersal, rather than high seedling mortality. However, considering its high survival rate in arrested succession gaps, Neoboutonia seems to have good potential for forest restoration.

Résumé

Les trous créés il y a dix ans en éclaircissant des plantations de conifères dans le Parc National de Kibale, en Ouganda, ne connaissent que très peu de régénération d'arbres. Nous avons étudié la succession stoppée en examinant la survie de Neoboutonia macrocalyx Pax dans des trous de taille différente de la canopée. Nous avons voulu savoir si les jeunes plants de Neoboutonia peuvent survivre dans des clairières que l'arbre colonise rarement naturellement, et si leur survie est limitée par la taille de l'ouverture de la canopée, par des plantes herbacées grimpantes ou par des insectes folivores. Nous avons planté un total de 384 jeunes plants dans 24 trous, et nous avons suivi leur survie pendant 19 mois. La survie dépendait de l'ouverture dans la canopée, plus faible dans les petites ouvertures et plus élevée dans les plus grandes. Nous avons relevé une corrélation négative significative entre la survie et l'activité des insectes folivores et une relation positive entre la survie et l'envahissement de plantes grimpantes. Comme 53% des jeunes plants ont survécu, il est possible que la régénération soit limitée plutôt par la dispersion des semences que par une forte mortalité des jeunes plants. Cependant, vu son taux de survie élevé dans des trous de succession stoppée, Neoboutonia semble avoir un bon potentiel en matière de restauration forestière.

Ancillary