SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • African wild dog;
  • anthropogenic mortality;
  • conservation;
  • hunting success;
  • Lycaon pictus;
  • prey density

Abstract

When selecting a habitat, animals utilize habitat in which they yield the highest rate of energy. Differences in foraging costs and hunting success are therefore likely to affect habitat choice. In a previous study, we showed that African wild dog (Lycaon pictus) packs with territories inside Hwange National Park (HNP), over the course of several years, moved their territories into the buffer zone outside HNP, where reproductive success was higher but anthropogenic mortality exceeded natality. In this study, based on long-term radio-telemetry data from 22 African wild dog packs, we analysed whether differences in foraging costs and hunting success could have contributed to this territorial drift. Taking seasonality and pack size into account, we determined foraging costs (foraging distance and chase distance) and hunting success (successful or failed chase) inside and outside HNP. Although we observed no difference in foraging costs, hunting success was higher outside HNP, which is likely to have contributed to the territorial drift into the buffer zone outside the protected area. This study shows the importance of taking factors affecting hunting success into account in the conservation strategy of African wild dogs.

Résumé

Pour choisir un habitat, les animaux sélectionnent celui où ils puisent le taux d'énergie le plus élevé. Ce sont les différences entre le coût de l'alimentation et la réussite de la chasse qui sont donc les plus susceptibles d'influencer le choix d'un habitat. Dans une précédente étude, nous avions montré que les meutes de lycaons (Lycaon pictus) qui ont des territoires à l'intérieur du Parc National de Hwange (HNP) avaient, au cours de quelques années, déplacé leurs territoires vers la zone tampon située à l'extérieur du HNP où le succès de la reproduction était plus élevé mais où la mortalité anthropogénique dépassait la natalité. Dans cette étude, basée sur des données radio-télémétriques de longue durée portant sur 22 meutes de lycaons, nous avons cherché à savoir si des différences de coûts de l'alimentation et de taux de réussite de la chasse avaient pu contribuer à ce glissement territorial. En prenant en compte la saisonnalité et la taille des meutes, nous avons déterminé le coût de l'alimentation (distance pour aller se nourrir et longueur des poursuites) et le taux de réussite de la chasse (poursuite réussie ou vaine) à l'intérieur et à l'extérieur du HNP. Nous n'avons observé aucune différence dans les coûts de l'alimentation, mais le taux de réussite de la chasse était plus élevé en dehors du HNP, ce qui pourrait avoir contribué au glissement territorial vers la zone tampon à l'extérieur de l'aire protégée. Cette étude montre qu'il est important de prendre en compte des facteurs qui influencent le taux de réussite de la chasse dans la stratégie de conservation des lycaons.