SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Botswana;
  • Hippotragus niger ;
  • nutritional status;
  • Okavango Delta;
  • resource use

Abstract

The resource-use patterns and nutritional status of sable antelope herds were investigated in the Okavango Delta region of northern Botswana for comparison with those documented for declining sable antelope populations elsewhere in southern Africa. GPS collars recorded the relative use of floodplain, upland and wooded grassland habitats by the sable herds while VHF beacons facilitated locating the herds for direct observations on feeding. Surprisingly, the sable herds made greatest use of upland grasslands, rather than the floodplain grasslands exposed after floodwater had receded, during the dry season months. In the upland grasslands, they exploited tall, fibrous grass species that retained quite high levels of greenness through the dry season. This ability, together with partial use of the floodplain and some browsing on new leaves and flowers, helped maintain dietary nitrogen and phosphorus levels, as indicated by faecal nutrient levels, above maintenance thresholds through the dry season. Hence, the sable herds in the study region did not seem to be limited nutritionally under the rainfall and flooding conditions prevailing during the study.

Résumé

Les schémas d'utilisation des ressources et le statut nutritionnel de hardes d'antilopes sable ont été étudiés dans la région du delta de l'Okavango, dans le nord du Botswana, pour les comparer à ceux qui sont documentés pour d'autres populations de ces antilopes qui sont en déclin ailleurs en Afrique australe. Des colliers GPS ont enregistré la fréquentation relative des habitats de plaines inondables, des terres surélevées et de prairies arborées par les antilopes sable tandis que des balises VHF facilitaient la localisation des hardes pour observer leur alimentation en direct. Étonnamment, pendant la saison sèche, les hardes de sable fréquentaient surtout les prairies élevées, plutôt que celles des plaines inondables exposées après la décrue. Dans les prairies surélevées, elles consommaient des espèces d'herbes hautes et fibreuses qui restaient assez vertes pendant toute la saison sèche. Cette capacité, tout comme la fréquentation partielle de la plaine inondable et la consommation d'une certaine quantité de jeunes feuilles et de fleurs, a permis de maintenir le taux d'azote et de phosphore du régime alimentaire, comme l'indique le taux fécal de ces nutriments, au-dessus du seuil requis, pendant toute la saison sèche. Donc, les antilopes sable de la région étudiée n'ont pas semblé être limitées, au point de vue nutritionnel, par les conditions dues aux chutes de pluie et aux inondations observées pendant l'étude.