SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • education;
  • neoliberalism;
  • trade unions;
  • global cities
  • éducation;
  • néolibéralisme;
  • syndicats;
  • villes mondiales

This article examines the role that transformations in the K-12 public education sector have played in the ongoing structural crisis of contemporary capitalism and the re/making of North American global cities. More specifically, it explores why and how teachers’ unions have been at the centre of the neoliberalization of public school systems by drawing on a case-study analysis of Chicago, which has been an experimental ground for the reconstruction of urban governance, labour markets, and education. Like the marketization of public housing, education markets contribute to the knitting together of education policy and neoliberal urban development. Underlying the assault on public education, teachers, and their unions in the United States are the intermingling logics of capital accumulation and white supremacy. Although teachers’ unions have often been complicit in the making of neoliberalism, they also represent the biggest potential challenge to its further advancement through the adoption of a model of social justice, grassroots unionism. Offering a powerful glimmer of hope is the revitalized Chicago Teachers Union who waged an effective—and widely supported—September 2012 strike.

L’éducation dans le Chicago mondialisé et la re-création du capitalisme contemporain

Cet article explore le rôle joué par les transformations du secteur public de l’éducation de la maternelle au secondaire dans la crise structurelle du capitalisme contemporain qui est toujours en cours et dans la re-/création des villes mondiales nord-américaines. Une exploration plus poussée est réalisée sur les raisons qui expliquent la présence des syndicats d’enseignants au cœur de la « néolibéralisation » des systèmes scolaires publics à partir d’une étude de cas menée sur Chicago, qui a servi de terrain d’essai pour la reconstruction de la gouvernance urbaine, des marchés de l’emploi, et de l’enseignement. Suivant la même voie que celle du logement social, la mise en marché de l’éducation contribue à l’harmonisation entre les politiques d’éducation et celles de l’urbanisme néolibéral. À la base de cette charge contre l’enseignement public se retrouvent les enseignants et leurs syndicats aux États-Unis, qui constituent les pièces maîtresses enchevêtrées de l’accumulation du capital et de la suprématie blanche. Bien que les syndicats des enseignants soient souvent complices de la montée du néolibéralisme, ils représentent néanmoins un obstacle potentiel important à son avancement par l’adoption d’un modèle de justice sociale, un syndicalisme de la base. Le nouvel élan du syndicat des enseignants de Chicago, qui a déclenché une grève efficace et largement approuvée en septembre 2012, offre une vive lueur d’espoir.