SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • physical geography;
  • critical human geography;
  • transdisciplinarity;
  • anthropocene
  • géographie physique;
  • géographie humaine critique;
  • transdisciplinarité;
  • anthropocène

Abstract

A recent opinion piece rekindled debate as to whether geography's current interdisciplinary make-up is a historical relic or an actual and potential source of intellectual vitality. Taking the latter position, we argue here for the benefits of sustained integration of physical and critical human geography. For reasons both political and pragmatic, we term this area of intermingled research and practice critical physical geography (CPG). CPG combines critical attention to power relations with deep knowledge of biophysical science or technology in the service of social and environmental transformation. We argue that whether practiced by individuals or teams, CPG research can improve the intellectual quality and expand the political relevance of both physical and critical human geography because it is increasingly impractical to separate analysis of natural and social systems: socio-biophysical landscapes are as much the product of unequal power relations, histories of colonialism, and racial and gender disparities as they are of hydrology, ecology, and climate change. Here, we review existing CPG work; discuss the primary benefits of critically engaged integrative research, teaching, and practice; and offer our collective thoughts on how to make CPG work.

Résumé

Un article d'opinion paru récemment est à l'origine de la relance d'un débat qui pose la question à savoir si le fondement interdisciplinaire actuel de la géographie serait une relique historique ou une source réelle et potentielle de vitalité intellectuelle. En prenant la défense de la seconde position, nous militons en faveur des bénéfices découlant de l'intégration soutenue de la géographie physique et de la géographie humaine critique. Pour des raisons à la fois politiques et pragmatiques, nous avons nommé ce domaine de recherche et de pratique enchevêtré la géographie physique critique (GPC). C'est au service de la transformation sociale et environnementale que la GPC intègre un regard critique sur les relations de pouvoir à la connaissance profonde de la science ou de la technologie biophysique. Que se soient des individus ou des équipes qui la pratiquent, les travaux de recherche en GPC peuvent contribuer à l'amélioration de la qualité intellectuelle et à l'élargissement de la pertinence politique de la géographie humaine critique et géographie physique, compte tenu que la séparation de l'analyse des systèmes naturels et des systèmes sociaux pose des difficultés d'ordre pratique. À l'origine des paysages sociobiophysiques se trouvent autant les relations inégales de pouvoir, les histoires de colonialisme et les disparités raciales et entre les sexes que l'hydrologie, l'écologie et les changements climatiques. Dans cette partie de l'article, nous passons en revue les travaux actuels en GPC, nous engageons une discussion sur les principaux avantages des approches intégratives et véritablement critiques en recherche, dans l'enseignement et dans la pratique, et nous proposons nos réflexions collectives sur la façon d'appliquer la GPC.