SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • F41;
  • E13

Abstract

We build a two-country dynamic general equilibrium model to study whether European citizens would benefit from the eventual accession of Turkey to the European Union (EU). The results of the simulations show that Turkey's accession is welfare enhancing for Europeans, provided that Turkish total factor productivity (TFP) increases sufficiently after enlargement. In the benchmark model with no capital mobility, the Europeans are better off if the Turkish TFP increase bridges more than 21% of the initial TFP gap between Turkey and the EU. This figure increases to 33% when capital mobility is introduced.

Une analyse de l'accession de la Turquie à l'Union Européenne. Nous construisons un modèle d'équilibre général dynamique à deux pays en vue d' étudier si les citoyens européens pourraient tirer un bénéfice d'une admission de la Turquie à l'Union Européenne (UE). Les résultats des simulations montrent que l'accession de la Turquie améliorerait le niveau de bien-être des Européens, pour autant que la productivité totale des facteurs (PTF) de la Turquie s'accroisse suffisamment après son entrée. Dans le modèle de référence, qui ne postule aucune mobilité de capital, les Européens amélioreront leur bien-être si l'accroissement de la PTF de la Turquie réduit de plus de 21% l'écart initial entre les PTF de la Turquie et de l'UE. Ce chiffre grimpe à 33% si l'on permet la mobilité du capital.