SEARCH

SEARCH BY CITATION

Abstract

We analyze the incidence and welfare effects of unit sales tax increases in experimental monopoly and Bertrand markets. We find, in line with economic theory, that firms with no market power are able to shift a high share of the tax burden to consumers, independent of whether buyers are automated or human players. In monopoly markets, a monopolist bears a large share of the burden of a tax increase. With human buyers, however, this share is smaller than with automated buyers, as the presence of human buyers constrains the pricing behaviour of a monopolist. Several control treatments corroborate this finding.

Fiscalité et pouvoir de marché. On analyse l'incidence et les effets de bien-être d'une augmentation d'une taxe de vente unitaire dans des mondes de monopole expérimental et de marchés à la Bertrand. On découvre, en cohérence avec la théorie économique, que les firmes qui n'ont pas de pouvoir de marché sont capables de déporter une grande portion du fardeau de la taxe vers les consommateurs, qu'il s'agisse d'acheteurs automatisés ou d'humains. Dans les marchés monopolistes, un monopoleur porte une grande part du fardeau de l'accroissement de taxe. Quand il s'agit d'acheteurs humains, cependant, cette part est plus petite que quand il s'agit d'acheteurs automatisés, car la présence d'acheteurs humains contraint le comportement de tarification du monopoleur. Plusieurs d'expériences corroborent ce résultat.