SEARCH

SEARCH BY CITATION

Abstract

Performance management (PM) is a major administrative mechanism for assessing efficiency and effectiveness, and for exacting accountability from organizations and individuals. Many have argued, however, that using PM in such ways creates perverse incentives and may lead to undesirable behaviours, such as the obstruction of accurate performance measurement in an effort to avoid public mortification. By examining the introduction of standardized testing in the Ontario public school system, this article adds to the debate on whether PM leads to undesirable behaviours and distorts the representation of actual performance by public sector employees. It argues that, while PM in the public sector may be well intentioned, it may generate a system that produces undesired results.

Sommaire

La gestion du rendement est un important mécanisme administratif pour évaluer l'efficience et l'efficacité, et pour exiger l'imputabilité des organismes et des particuliers. Pourtant, nombreux sont ceux qui affirment que le recours à la gestion du rendement crée des mesures incitatives pernicieuses pour les membres d'organisations et peut entraîner des comportements indésirables, comme l'obstruction d'une mesure du rendement exacte pour tenter d'éviter l'humiliation publique. En examinant l'adoption de tests standardisés au sein du système scolaire public de l’Ontario, cet article élargit le débat à la question de savoir si la gestion du rendement entraîne des comportements indésirables et altère la représentation du rendement réel par les employés du secteur public. Il fait valoir que, même si la gestion du rendement dans le secteur public peut avoir de bonnes intentions, elle peut engendrer un système qui produit des résultats indésirables.