SEARCH

SEARCH BY CITATION

Abstract

Evidence shows that gay men hold fewer government jobs in the US than their share of the population would predict. Two large surveys of Canadian university and college students, however, indicate no lack of interest in public sector jobs among gay, lesbian, transgender and queer people (GLBTQs). This article explores data on the differing perceptions, motivations, and expectations of GLBTQ students of public and nonprofit employment. We find that (1) GLBTQs are more likely than heterosexuals to prefer public and nonprofit sector employment; (2) GLBTQ career goals and work values predict stronger desire for public and nonprofit sector jobs than heterosexuals; and (3) GLBTQs expect to pay a smaller penalty for working in the public and nonprofit sectors.

Sommaire

Les preuves montrent qu'aux É.-U., les homosexuels occupent moins de postes gouvernementaux que leur proportion de la population ne le laisserait entendre. Cependant, deux importants sondages menés auprès d'étudiants dans des universités et collèges canadiens indiquent que ce n'est pas par manque d'intérêt de la part des gais, lesbiennes, bisexuels, transgenres et queer (GLBTQ) pour les emplois du secteur public. Cet article étudie des données sur les perceptions, motivations et attentes divergentes des étudiants GLBTQ quant aux emplois du secteur public et du secteur à but non lucratif. Nous concluons : 1) que les GLBTQ sont plus susceptibles que les hétérosexuels de préférer des emplois dans le secteur public et le secteur à but non lucratif; 2) que les objectifs de carrière et les valeurs de travail des GLBTQ laissent entendre un plus grand intérêt que les hétérosexuels pour des emplois dans le secteur public et le secteur à but non lucratif; et 3) que les GLBTQ s'attendent à payer une plus faible pénalité pour travailler dans les secteurs public et à but non lucratif.