SEARCH

SEARCH BY CITATION

Current World Trade Organization (WTO) negotiations include proposals that would affect the trade barriers protecting Canada's chicken producers from foreign competition. This research analyzes the effects of the most recent proposals to emerge from WTO negotiations on Canada's chicken industry. We develop a partial-equilibrium model that generates welfare effects for the Canadian chicken industry supply chain. The baseline model is adapted to represent chicken as two distinct products: white meat and dark meat. Simulation results suggest that the welfare effects of current WTO proposals would be small, providing that chicken receives the sensitive products designation. Liberalization leads to higher total welfare in the chicken industry, which is accounted for by consumer welfare that increases by a larger amount than producer welfare decreases. The results are very sensitive to the disaggregation of chicken as two products; a finding that should inform future research.

Les négociations de l’OMC présentement en cours comprennent des propositions qui pourraient avoir une incidence sur les barrières commerciales érigées en vue de protéger les producteurs de poulet du Canada contre la concurrence étrangère. Dans la présente étude, nous avons analysé les répercussions des dernières propositions de l’OMC sur l'industrie canadienne du poulet. Nous avons mis au point un modèle d’équilibre partiel qui permet de déterminer les effets sur le bien-être de la chaîne d'approvisionnement de l'industrie canadienne du poulet. Le modèle de base a été adapté de façon à subdiviser le poulet en deux produits distincts : la viande blanche et la viande brune. Les résultats de simulation autorisent à penser que les propositions actuelles de l’OMC auraient de faibles effets sur le bien-être, à condition que le poulet soit désigné « produit sensible ». La libéralisation des échanges entraîne une hausse du bien-être total de l'industrie du poulet, puisque le bien-être du consommateur augmente de façon plus marquée que celui du producteur ne diminue. Les résultats sont très sensibles à la subdivision du poulet en deux produits distincts, un constat qui pourrait inspirer des travaux de recherche futurs.