SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • in vitro test;
  • sun protection factor;
  • sunscreens;
  • UVA-protection;
  • water resistance

Synopsis

While sun protection factor (SPF) and UVA protection are the most important determinants of a cosmetic sunscreen product, water resistance is the third important feature. The Colipa in vivo method is the internationally accepted standard method to assess water resistance. It is time-consuming and expensive. A screening method to quickly predict water resistance properties on low cost therefore is a specific request of product developers. Several in vitro screening methods are published but the predictive power of all these methods is limited. In this paper, we describe an adaptation of the in vitro UVA protection method of Colipa for a water resistance screening. Although the method is quick and most parts are standardized and approved by Colipa, the results were not in advantage of other published screening methods. Taking into account, the scatter of the results, seven of 16 sunscreen products that were developed as water resistant formulations could be unambiguously estimated to be water resistant by the in vivo water resistance screening method on five subjects while nine failed. In 10 of these 16 results, the in vitro SPF-based method was in accordance with in vivo findings, whereas in six cases, the method was not predicting correctly. Based on these results, the authors recommend to use the in vitro screening methods to pre-select from candidates which cannot all be tested in vivo. The pre-selected products can be screened in the Colipa in vivo water resistance method with a reduced number of volunteers (usually 5) to predict water resistance. In case, the water resistance estimated in such an in vivo screening is found at about 65% or higher the study can be deemed successful and completed with further subjects to fulfil the Colipa requirements.

Résumé

Alors que le facteur de protection solaire (FPS) et la protection contre les UVA sont les déterminants les plus importants d'un produit cosmétique, la résistance à l'eau d'une crème solaire en est la troisième fonction importante. La méthode Colipa in vivo est la méthode standard internationalement acceptée pour évaluer la résistance à l'eau. Elle est longue et coûteuse. Un procédé de criblage pour rapidement prédire les propriétés de résistance à l'eau, à un coût faible, est donc une demande spécifique des développeurs de produits. Plusieurs méthodes de criblage in vitro sont publiées, mais la valeur prédictive de toutes ces méthodes est limitée. Dans cet article, nous décrivons une adaptation de la méthode de protection UVA in vitro du Colipa pour une évaluation de la résistance à l'eau. Bien que la méthode soit rapide et la plupart des pièces soient standardisées et approuvées par Colipa, les résultats n'étaient pas avantageuse par rapport aux autres méthodes de criblage publiées. Tenant compte de la dispersion des résultats, 7 des 16 produits de protection solaire résistantes à l'eau pouvaient sans ambiguïté être estimés résister à l'eau par la méthode de criblage in vivo sur 5 sujets, tandis que 9 ont échoué. Dans 10 de ces 16 résultats, la méthode basée sur le FPS in vitro était conforme aux conclusions de l'in vivo alors que dans 6 cas, la méthode n'a pas prédit correctement. Sur la base de ces résultats, les auteurs recommandent d'utiliser la méthode de criblage in vitro pour une présélection des candidats qui ne peuvent pas tous être testés in vivo. Les produits présélectionnés peuvent être testés par la méthode du Colipa in vivo avec un nombre réduit de volontaires (généralement 5) pour prédire la résistance à l'eau. Dans le cas où la résistance à l'eau estimée dans un tel criblage in vivo se trouve à environ 65% ou plus, l'étude peut être considérée comme réussie et complétée par d'autres sujets pour répondre aux exigences Colipa.