SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Epstein–Barr virus in vitro assay;
  • skin cancer chemoprevention;
  • ultraviolet sunscreen compounds

Synopsis

In our continuing search for novel cancer chemopreventive compounds of natural and synthetic origin, we have evaluated 14 commonly used ultraviolet (UV) sunscreen agents (designated UV-1 to UV-14) for their skin cancer chemoprevention potential. They belong to 8 different chemical categories: aminobenzoate (UV-5, UV-7, UV-8 and UV-14), benzophenone (UV-1, UV-2, UV-3 and UV-13), benzotriazole (UV-10), benzyloxyphenol (UV-9), cinnamate (UV-6), quinolone (UV-4), salicylate (UV-11) and xanthone (UV-12). In the in vitro assay employed, the sunscreens were assessed by their inhibition of the Epstein–Barr virus early antigen (EBV-EA) activation induced by the tumour promoter 12-O-tetradecanoylphorbol-13-acetate (TPA) in human lymphoblastoid Raji cells. All sunscreens tested were found to exhibit anti-tumour promoting activity: listed in decreasing order, moderate (UV-11, UV-2, UV-7, UV-12, UV-3, UV-9 and UV-14) to weak (UV-1, UV-6, UV-8, UV-16, UV-5, UV-4 and UV-10) with octyl salicylate (UV-11) as the most potent and drometrizole (UV-10) as the least potent among the compounds evaluated. A plausible relationship between the antioxidant property of sunscreens and their ability to promote anti-tumour activity was noted. The results call for a comprehensive analysis of skin cancer chemoprevention potential of currently used UV sunscreen agents around the globe to identify those with the best clinical profile.

Résumé

Dans notre recherche constante de nouveaux composés d'origine naturelle et synthétique de chimioprévention du cancer, nous avons évalué 14 agents d'écran solaire ultraviolets (désignés UV-1 à UV-14) pour leur potentiel de chimioprévention du cancer de la peau. Ils appartiennent à 8 différentes catégories de produits chimiques: aminobenzoate (UV-5, -7, -8 et -14), benzophénone (UV-1, -2, -3 et -13), le benzotriazole (UV-10), benzyloxyphénol (UV-9), cinnamate (UV-6), des quinolones (UV-4), salicylate (UV-11) et la xanthone (UV-12). Dans les tests in vitro employés, les écrans solaires ont été évalués pour leur inhibition de l'activation de l'antigène précoce du virus Epstein-Barr (EBV-EA) induite par le promoteur de tumeur 12-O-tétradécanoylphorbol-13-acétate (TPA) dans les cellules humaines lymphoblastoïdes Raji. Tous les écrans solaires testés se sont avérés actifs en tant que promoteur d'activité anti-tumorale: listés par ordre décroissant, de modérée ((UV-11, -2, -7, -12, -3, -9 et -14) à faible (UV-1, -6, -8, -16, -5, -4 et -10) avec l'octylsalicylate (UV-11) comme le plus puissant et le drométrizole (UV-10) comme étant le moins puissant parmi les composés évalués. Une plausible relation entre la propriété antioxydante des écrans solaires et leur capacité à promouvoir l'activité antitumorale a été notée. Les résultats appellent à une analyse approfondie du potentiel de la chimioprévention du cancer de la peau des filtres solaires UV actuellement utilisés à travers le monde afin d'identifier ceux qui ont le meilleur profil clinique.