Prestations de santé et de retraite pour les travailleurs migrants mexicains qui rentrent des Etats-Unis

Authors


  • Cette étude a bénéficié d'une bourse accordée par l'Administration de la sécurité sociale des Etats-Unis au titre du Consortium de recherche sur les retraites (RCC) et du programme de l'Institut national du vieillissement (NIA) «Comparaisons internationales du bien-être, de la santé et de la retraite» 2P01AG022481-06. Nous remercions Joanna Carroll pour son aide précieuse à la programmation, Ricardo Basurto, Claudia Diaz, Sarah Kups, Norely Martínez, Ervant Maksabedian et Ashley Pierson pour leur aide aux recherches, ainsi que les lecteurs anonymes pour leurs commentaires très utiles.

Adresses pour correspondance: Emma Aguila, RAND, 1776 Main Street, Santa Monica, CA 90407, Etats-Unis; courriel: eaguila@rand.org. Julie Zissimopoulos, University of Southern California, Schaeffer Center for Health Policy and Economics, 3335 S. Figueroa Street, Unit A, Los Angeles, CA 90089, Etats-Unis; courriel: zissimop@healthpolicy.usc.edu.

Résumé

En l'absence de contrat bilatéral entre les Etats-Unis et le Mexique sur la portabilité et la totalisation des cotisations de sécurité sociale, le présent article examine l'accès aux prestations d'assurance-maladie et de retraite et le statut d'emploi des travailleurs migrants mexicains. Nous avons constaté que les migrants qui rentrent chez eux après avoir passé moins d'un an aux Etats-Unis bénéficient du même accès aux prestations de sécurité sociale que les non-migrants. Ceux qui ont passé au moins un an aux Etats-Unis ont en revanche moins accès à l'assurance-maladie publique ou aux prestations de sécurité sociale et pourraient être davantage touchés par la pauvreté en vieillissant. Ces résultats sont destinés à alimenter le débat sur l'instauration d'un accord de sécurité sociale entre les Etats-Unis et le Mexique, qui améliorerait la sécurité sociale des migrants rentrés chez eux.

Ancillary