La recommandation sur les socles de protection sociale: un document de six pages peut-il changer le cours de l'histoire sociale?

Authors

  • Michael Cichon

    Corresponding author
    1. Conseil international de l'action sociale, Entebbe, Ouganda
    • Adresse pour correspondance: Michael Cichon, Conseil international de l'action sociale, c/o ICSW, Ploit 4, Berkeley Lane, Entebbe, Ouganda; courriel: mcichon@icsw.org.

    Search for more papers by this author

  • Michael Cichon a dirigé le Département de la protection sociale du Bureau international du Travail de 2005 à 2012. Il a représenté le Secrétaire général des Nations Unies au sein de la commission de la protection sociale de la 101e Conférence internationale du Travail, qui a adopté la recommandation no 202 en juin 2012. Il préside le Conseil international de l'action sociale. Les opinions exprimées ici sont celles de l'auteur et ne reflètent pas la position officielle de l'Organisation internationale du Travail ou du Conseil international de l'action sociale. L'auteur souhaite rendre expressément hommage aux nombreuses idées développées par le personnel du Département de la sécurité sociale du Bureau international du Travail, qui a, en équipe, cré é la dynamique et défini le contenu de la première procédure normative dans le domaine de la sécurité sociale mise en œuvre depuis environ vingt-cinq ans, idées qui sont reprises dans le présent article.

Résumé

En juin 2012, lorsque la Conférence internationale du Travail (CIT) a adopté à l'unanimité la recommandation sur les socles de protection sociale, qui donne un contenu concret au droit humain qu'est le droit à la sécurité sociale, la communauté internationale a franchi une étape importante sur la voie de la reconnaissance de la protection sociale comme une composante à part entière des stratégies de développement nationales et internationales. Le présent article resitue la recommandation no 202 dans l'histoire des activités normatives et des politiques de développement, retrace la genèse du concept de socle de protection sociale et analyse le contenu de la nouvelle recommandation et certaines des questions politiquement sensibles qu'elle a soulevées. Il apprécie ensuite si ce nouvel instrument peut faire évoluer la réalité sociale dans les 185 Etats Membres de l’Organisation internationale du Travail (OIT). Il souligne que son adoption constitue une preuve sans précédent de la bonne volonté de la communauté internationale et un consensus international ambitieux concernant la politique sociale, mais qu'il est indispensable, pour créer la marge de manœuvre nécessaire à une évolution des politiques nationales, que la campagne visant à instaurer, au minimum, une sécurité sociale de base pour tous se poursuive et demeure une priorité internationale. En conclusion, il recense les stratégies que la coalition mondiale qui mène cette campagne doit mettre en œuvre pour que la sécurité sociale demeure ou devienne un objectif inaliénable des stratégies de développement nationales et internationales.

Ancillary