SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • biodiversity;
  • ecosystem;
  • haplochromine;
  • introductions;
  • trophic groups

Abstract

Prior to the 1980s, lakes Kyoga and Victoria previously supported an exceptionally diverse haplochromine fish fauna comprising at least 11 trophic groups. The species and trophic diversity in these lakes decreased when the introduced Nile perch depleted haplochromine stocks. From December 1996 to October 1998, we studied species and trophic diversity of haplochromine fishes in six satellite lakes without Nile perch in the Kyoga basin and compared them with the Kyoga main lake against historical data from Lake Victoria where Nile perch were introduced. Forty-one species were found in the study area, of which, the Kyoga satellite lakes contributed 37 species in comparison to only 14 from the Kyoga main lake. Analysis of trophic diversity based on 24 species that contained food material revealed seven haplochromine trophic groups (insectivores, peadophages, piscivores, algal eaters, higher plant eaters, molluscivores and detritivores) in the Kyoga satellite lakes in comparison to two trophic groups (insectivores and molluscivores) in the Kyoga main lake. Many of the species and trophic groups of haplochromines depleted by the introduced Nile perch in lakes Kyoga and Victoria still survive in the Kyoga satellite lakes. This is attributed to the absence of Nile perch in those lakes. Nile perch has been prevented from spreading into the satellite lakes by swamp vegetation that separate them from the main lakes. If these swamps prevent Nile perch from spreading into the lakes, it is possible to conserve fish species, especially haplochromines, which are threatened by introduction of Nile perch in the main lakes.

Résumé

Avant les années 1980, les lacs Kyoga et Victoria renfermaient une variété exceptionnelle de poissons du genre Haplochromis, qui comptait au moins 11 groupes trophiques. La variété des espèces et des groupes trophiques de ces lacs a diminué après que l'introduction de la perche du Nil a dévasté les stocks d'Haplochromis. De décembre 1996 à octobre 1998, nous avons étudié la diversité des espèces et des groupes trophiques d'Haplochromis dans six lacs satellites du bassin du Kyoga qui ne contenaient pas de perches du Nil et nous l'avons comparée à celle qui existe dans le lac Kyoga principal, en regard des données antérieures sur le lac Victoria, où l'on a aussi introduit la perche du Nil. On a découvert quarante et une espèces dans la zone étudiée, dont 37 sont présentes dans les lacs satellites pour seulement quatorze dans le lac Kyoga lui-même. L'analyse de la diversité trophique basée sur 24 espèces qui contenaient du matériel alimentaire a révélé sept groupes trophiques chez les Haplochromis (insectivores, pédophages, piscivores, mangeurs d'algues, de plantes supérieures, de mollusques, et détritivores) dans les lacs satellites du Kyoga, pour deux groupes trophiques seulement (insectivores et mangeurs de mollusques) dans le lac Kyoga lui-même. Nombreux sont les groupes trophiques et les espèces d'Haplochromis qui ont été décimés par l'introduction de la perche du Nil dans les lacs Kyoga et Victoria et qui survivent dans les lacs satellites du Kyoga. On attribue cet état de fait à l'absence de perches du Nil dans ces lacs. La dispersion de la perche du Nil vers les lacs satellites a été empêchée par la végétation des marécages qui les séparent des lacs principaux. Si ces marécages réussissent à empêcher la perche du Nil de se répandre dans les lacs satellites, il est possible de préserver des espèces de poissons, et spécialement des Haplochromis, qui sont menacées par l'introduction de la perche du Nil dans les lacs principaux.