Detection and quantification of apocrine secreted odor-binding protein on intact human axillary skin

Authors


R. B. Jacoby, 909 River Road, Piscataway, NJ, U.S.A. Tel: +1 732 878 6162; fax: +1 732 878 6031; e-mail: Ronald_Jacoby@colpal.com

Synopsis

A proposed mechanism of axillary malodor formation is bacterial interaction with secreted odor carrier proteins leading to the release of volatile odor molecules. One primary volatile odor molecule, 3-methyl-2-hexenoic acid, is secreted into the apocrine glandular lumen bound to two carrier proteins known as apocrine secretion odor-binding proteins (ASOB1 and ASOB2). The objective of this study was to develop a biologic method to detect and quantify ASOB2 in vitro and on intact axillary skin. The proteins present in pure apocrine secretion were separated via SDS–polyacrylamide gel electrophoresis (PAGE), electro-blotted, and reacted with antibodies to detect ASOB2. The results of this study demonstrate that ASOB2 shares immunologically homologous epitopes with the human serum protein, apolipoprotein-D (apo-D). Axillary secretions and baseline microflora were collected from two groups of panelists 6 h after showering with a non-antibacterial soap. The extracts were fractionated by SDS–PAGE. ASOB2 was detected selectively by Western blot using a monoclonal mouse-antihuman apo-D antibody and quantified on human axillary skin using the presented methods. Axillary ASOB2 concentration varied among individuals (<0.1–4.1 µg cm−2) with significant differences (P < 0.05, anova) seen between those of Chinese descent and non-Chinese descent. Panelists of Chinese ancestry did not show significantly lower baseline microflora levels when compared to non-Chinese panelists.

Résumé

Un mécanisme proposé de formation axillaire de malodor est interaction bactérienne avec les protéines sécrétées de porteur d'odeur menant au dégagement des molécules volatiles d'odeur. Une molécule volatile primaire d'odeur, l'acide 3-methyl-2-hexenoic, est sécrétée dans le lumen glandulaire d'apocrine liéà deux protéines de porteur connues sous le nom de protéines Odeur-Liantes de sécrétion d'Apocrine (ASOB1 et ASOB2). L'objectif de cette etude était de développer une méthode biologique pour détecter et mesurer ASOB2 in vitro et sur la peau axillaire intacte. Les protéines actuelles dans la sécrétion pure d'apocrine ont été séparées par l'intermédiaire de l'électrophorèse de gel de SDS–POLYACRYLAMIDE, électro-épongées, et mises à réagir avec des anticorps pour détecter ASOB2. Les résultats de cette etude démontrent que ASOB2 partage immunologiquement les epitopes homologues avec la protéine humaine de sérum, l'apolipoprotein-D (l'apo-D). Des sécrétions axillaires et la flore microbienne de ligne de base ont été rassemblées de deux groupes de membres du jury pendant 6 heures après l'averse avec du savon de nonantibactérien. Les extraits ont été fractionnés par SDS–PAGE. ASOB2 a été détecté sélectivement par la tache d'Western en utilisant un anticorps souris-antihumain monoclonal d'apolipoprotein-D et mesuré sur la peau axillaire humaine en utilisant les méthodes présentées. La concentration ASOB2 axillaire a changé parmi des individus (<0.1–4.1 µg cm2) avec les différences significatives (P < 0.05, anova) vues entre ceux de la descente chinoise et de la descente non-Chinoise. Les membres du jury de l'ascendance chinoise n'ont pas montré des niveaux sensiblement plus bas de flore microbienne de ligne de base une fois comparés aux membres du jury non-Chinois.

Ancillary