SEARCH

SEARCH BY CITATION

This article deals with the vulnerability of the Dutch housing allowance scheme. This scheme can be compared with the British housing benefit. The vulnerability of the scheme has been augmented by the current less favourable economic conditions (stagnating household incomes, increasing unemployment) and the Dutch government's announcement that it plans to reduce housing allowance expenditure. Two scenarios are outlined, which may serve to resolve the danger of exploding housing allowances expenditure in the coming years. If a market-led scenario is chosen, whereby housing associations strive to achieve market rents, the housing allowance will be transformed into a form of housing voucher, the value of which is not directly related to the actual rental price of the property. In this American-style model, the value of the vouchers would be linked to a ‘virtual’ rent, say 40% of the average rental price in the region. The housing associations would then lose their special semi-public status. Under the social housing model, the housing associations would retain their special status provided they aimed to achieve rents somewhat lower than the market level. The housing allowance would remain directly linked to the actual rental price. However, some marked changes would be required to render this system sustainable. The Netherlands cannot avoid having to make this choice.

Cet article porte sur la vulnérabilité du régime hollandais d'aide au logement. Celui-ci est comparable aux prestations britanniques. La fragilité du régime a été accrue par les conditions économiques actuelles moins favorables (stagnation du revenu des ménages, augmentation du chômage) et par l'annonce du gouvernement néderlandais relative à la réduction prévue des dépenses d'allocation-logement. Sont présentés deux scénarios susceptibles de limiter le risque d'explosion des dépenses d'allocations dans les années à venir. Si l'option choisie est un scénario de marché où les associations pour le logement luttent pour atteindre les loyers du marché, l'allocation-logement se transformera en ‘bon’ dont la valeur ne sera pas directement liée au montant réel du loyer. Selon ce modèle de type américain, la valeur des ‘bons’ sera fonction d'un loyer ‘virtuel’, soit environ 40% du prix moyen dans la région; les associations perdraient alors leur statut particulier semi-public. Selon le modèle de logement social, elles conserveraient leur statut, à condition qu'elles cherchent à atteindre des loyers légèrement inférieurs au niveau du marché; l'allocation-logement serait alors directement liée au montant réel du loyer. Toutefois, pour que le régime subsiste, il faudrait procéder à d'importants changements. Les Pays-Bas ne peuvent s'épargner ce choix.