SEARCH

SEARCH BY CITATION

Summary

Observations made through almost the whole of one breeding season are summarized. Although scientific observations were secondary to making a television film, many new data were gathered.

The breeding season occupies 140–145 days from nestbuilding to loss of contact with the young. All recent records show that Zambian shoebills breed in the dry season, though elsewhere the season is more flexible.

Nests are large mounds of wet vegetation, continually added to throughout the breeding season. C. 2 is normal, C. 1 frequent, C. 3 occasional. During incubation both sexes incubate and frequently water the eggs.

Young are hatched nearly helpless, without exaggerated bills; but must feed themselves at once from chewed-up fish presented by an adult. Stages in their development are described. The fledging period is 95 days to first leaving the nest, roosting on it thereafter for another 10 days. At 105 days the young could fly short distances. Usually, as in this case, one young is reared, but two and even three large fledglings are recorded.

Both sexes brood, feed, and water the young, watering continuing on hot days until the young is active enough to obtain water for itself. Parental behaviour is largely governed by the food requirement and development of plumage of the young. In the late fledging period the male brings most food while the female spends most time on the nest.

Food given was entirely catfish and snakes, catfish predominating in the early stages. In the last 60 days of the fledging period about six prey items were required daily by the single young.

Contact with the young was finally lost 11 8 days after hatching. It was then still dependent on its parents for food but could fly and began to make attempts to catch prey.

Possible affinities of the Shoebill as revealed by behaviour are discussed. It resembles storks Ciconiidae more than herons Ardeidae, while its behaviour patterns do not resemble those of the hammerkop (Scopus: Scopidae) or pelicans Pelecanidae, despite superficial and some anatomical similarities.

Résumé

Les observations résumées ici ont été faites durant une saison de reproduction presque complète. Bien que le but principal ait été de réaliser un film pour la télévision, de nombreuses données scientifiques nouvelles furent récoltées.

La saison de reproduction dure de 140 à 145 jours depuis la construction du nid jusqu' à l'indépendance du jeune. Toutes les données récentes montrent que les Becs-en-sabot se reproduisent en Zambie durant la saison séche, bien qu'ailleurs l'époque de reproduction soit plus variable.

Les nids sont des amas de végétation humide, complétés continuellement tout au long de la saison de reproduction. Un nombre de 2 æufs est normal, d'un est fréquent et de trois occasionnel. Durant l'incubation, les deux parents couvent et aspergent fréquemment les ceufs.

Les jeunes éclosent quasi sans défense et n'ont pas encore le bec massif; mais ils doivent immédiatement se nourrir seuls des poissons mastiqués que leur apportent un adulte. Les étapes de leur développement sont décrites. La période de production de plumes est de 95 jours jusqu'à la première sortie du nid, après quoi le jeune perche dessus durant 10 jours encore. A 105 jours, le jeune peut voler surde courtes distances. Habituellement, comme dans le cas présent, l jeune est élevé, mais 2 et même 3 grands jeunes ont été notés.

Les deux sexes couvent, nourrissent et aspergent le jeune, et les aspersions con-tinuent durant les jours chauds jusqu'à ce que le jeune soit assez actif pour se procurer hi-mêmede l'eau. Lecomportement parental est largement conditionné parlebesoin de nourriture et le développement du plumage du jeune. Dans la dernière phase de constitution des plumes, le mâle apporte plus de nourriture alors que la femelle passe plus de temps sur le nid.

La nourriture consiste exclusivement en poissons-chat et en serpents, le poisson-chat prédominant dans les premiers stades. Durant les 60 derniers jours de la constitution du plumage, environ 6 proies sont nécessaires quotidiennement pour un seul jeune.

Le contact avec le jeune est finalement perdu 118 jours apres I'tclosion. II est alors encore dépendant de ses parents pour las nourriture, mais peut voler et commence des tentatives pour attraper des proies.

Les affinités possibles du Bec-en-sabot, révélées par son comportement, sont discutées. L'oiseau resemble plus aux cicognes (Ciconiidae) qu'aux hérons (Ardeidae), alors que les caractéristiques de son comportement ne ressemblent ni à celles de l'Ombrette (Scopus: Scopidue) ni à celles des pélicans (Pelecanidae), en dépit de quelques resemblances anatomiques et superficielles.