SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • baobab;
  • damage;
  • elephant

Summary

In Mana Pools National Park, Zimbabwe, 124 baobabs near the Zambezi river were monitored for elephant damage at monthly intervals between 1984 and 1988. Overall mortality was 29.0%. Damage and mortality rates varied annually, possibly related to annual rainfall linked with elephant densities. There was no indication that mortality was higher in any particular size group of baobab. Damage was restricted to the dry season, escalating as the season progressed. Only trees smaller than 7.5 m (GWH) had the ability to coppice after being felled. Many small trees (<2.5 m GWH) were thought to have regrown after felling some time prior to the study.

Résumé

Au Parc National de Mana Pools, au Zimbabwe, on a surveillé sur 124 baobabs situés près du Zambèze, les dommages causés par les éléphants, chaque mois entre 1984 et 1988. La mortalité totale a été de 29,0%. Les taux de dommages et de mortalité variaient annuellement, peut-ètre en raison des chutes de pluies, associées à la densité des éléphants. II n'y a eu aucun signe que la mortalité soit plus élevée, quelle que soit la taille du groupe de baobabs. Les dommages se limitaient à la saison sèche et augmentaient avec l'avancement de la saison. Seuls les arbres plus petits que 7,5 m (GWH) étaient à même de lancer des rejets après avoir été abattus. On pense que beaucoup de petits arbres (moins de 2,5 m GWH) avaient ainsi poussé suite à des abattages quelque temps avant cette étude.