SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Acanthus;
  • Kibale;
  • regeneration;
  • succession;
  • tropical forest

Abstract

Thirty years after selective timber harvest in the Kibale National Park, Uganda, many abandoned logging gaps are dominated by Acanthus pubescens, and show little forest recovery. To examine if this arrested successional state was caused by limited tree seedling growth and survival, we planted seedlings of four forest tree species (Albizia grandibracteata, Mimusops bagshawei, Prunus africana and Uvariopsis congensis) in A. pubescens-dominated logging gaps and in control areas of adjacent forest. To assess if clearing A. pubescens facilitates forest regeneration, we planted seedlings of two species (A. grandibracteata and U. congensis) in small clearings cut within the logging gaps. We examined mortality, growth, herbivory and site characteristics among the treatments. Finally, we described the physical attributes of the A. pubescens-dominated gaps. Seedlings of all the four species survived and grew equally well in A. pubescens and forest treatments, and most site characteristics were also similar. Seedlings planted in clearings grew more than in either forest or A. pubescens sites. Very few established trees were found in A. pubescens sites, and most of these were near the forest edges. We also discussed the role of elephants (Loxodonta africana) and collapsing A. pubescens canopies in the maintenance of an arrested successional state in these logging gaps.

Résumé

Trente ans après qu'on a procédéà des coupes de bois sélectives dans le Parc National de Kibale, en Ouganda, de nombreuses trouées abandonnées sont dominées par Acanthus pubescens et présentent peu de régénération forestière. Pour voir si cet état évolutif figé est causé par la croissance et la survie limitées de jeunes plants d'arbres, nous avons replanté des jeunes de quatre espèces d'arbres de forêt (Albizia grandibracteata, Mimusops bagshawei, Prunus africana et Uvariopsis congensis) dans une ancienne trouée dominée par A. pubescens et dans des aires de contrôle de la forêt voisine. Afin d’évaluer si l’enlèvement des A. pubescens facilite la régénération de la forêt, nous avons planté des jeunes de deux espèces (A. grandibracteata et U. congensis) dans de petites clairières dégagées au sein des trouées. Nous avons examiné la mortalité, la croissance, le taux de prélèvement par les herbivores et les caractéristiques des sites selon le traitement appliqué. Enfin, nous avons décrit les caractères physiques des trouées dominées par A. pubescens. Les plants des quatre espèces ont survécu et ont poussé tous aussi bien dans le traitement A. pubescens et dans le traitement forestier, et la plupart des caractéristiques des sites étaient aussi semblables. Les jeunes arbres plantés dans les clairières dégagées poussaient mieux que dans les deux autres traitements ci-dessus. On n'a trouvé que très peu d'arbres installés dans les sites àA. pubescens, et la plupart d'entre eux se trouvaient près de la lisière des forêts. Nous discutons le rôle des éléphants (Loxodonta africana) et de la disparition des canopées de A. pubescens dans la persistance d'un stade évolutif figé dans ces trouées.