SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • soil classification;
  • soil characteristics;
  • miombo woodland;
  • Brachystegia;
  • Pterocarpus;
  • Markhamia

Abstract

Soils and vegetation of a woodland in South Eastern Tanzania were studied in support of a project fostering community participation in the management of a proposed forest reserve. In nine sites within an area of 500 km2, soils were characterized, frequency of occurrence of woody species was assessed and diameter at breast height of timber species recorded. Villagers identified 133 species of which only 56% were scientifically identified. However, as ordination axes derived from the complete data set were highly correlated with those derived from the restricted data set, the latter could be used. On the undulating plains, deep, sandy soils (Hypoluvic Arenosols, Profondic and Arenic Luvisols) occurred low in organic carbon, exchangeable bases and extractable aluminium content. Most common canopy species were Brachystegia spiciformis/B. boehmii and Pterocarpus angolensis. On the dissected plains on shallow, clayey soils (Leptic Cambisols) with higher organic carbon, exchangeable bases and extractable aluminium content, Acacia nigrescens and Markhamia spp. were the most common tree species. On deeper, fertile clayey soils (Profondic Lixisols and Chromic Phaeozems) vegetation consisted of species found in the two vegetation groups. Pterocarpus angolensis and Pericopsis angolensis were the only valuable timber species commonly found, most frequently on the undulating plains. As soils of this area are unfavourable for agriculture, it seems sensible to set this area aside as a forest reserve.

Résumé

Les sols et la végétation d'une forêt du sud-est de la Tanzanie ont étéétudiés en support d'un projet encourageant la participation communautaire dans la gestion d'une forêt proposée pour devenir une réserve forestière. On a défini les sols sur neuf sites compris dans une superficie de 500 km2, de même que la fréquence des espèces ligneuses et on a relevé le DBH des espèces d'arbres. Les villageois en ont identifié 133 espèces dont 56% seulement ont été scientifiquement identifiées. Cependant, comme les axes d'ordination dérivés des données complètes étaient en forte corrélation avec ceux dérivés du set de données restreint, on pourrait n'utiliser que celui-ci. Dans les plaines ondulées, les sols profonds et sableux (Hypoluvic Arenosols, Profondic et Arenic Luvisol) apparaissaient faibles en carbone organique, en bases échangeables et en aluminium extractable. Les espèces les plus communes de la canopée étaient Brachystegia spiciformis/B. boehmii et Pterocarpus angolensis. Sur les plaines découpées, sur les sols argileux peu profonds (Cambisols leptiques) avec un taux plus élevé de carbone organique, de bases échangeables et d'aluminium extractable, Acacia nigrescens et Markhamia spp. étaient les espèces d'arbres les plus communes. Sur les sols fertiles, argileux et plus profonds (Profondic Lixisols et Chromic Phaeozems), la végétation se composait d'espèces observées dans les deux groupes de végétation. Pterocarpus angolensis et Pericopsis angolensisétaient les seules espèces d'arbres à grumes de valeur trouvées couramment, le plus souvent dans les plaines ondulantes. Étant donné que les sols de cette région ne conviennent pas pour l'agriculture, il semble raisonnable de proposer d'accorder à la région le statut de réserve forestière.