Big is not better: small Acacia mellifera shrubs are more vital after fire

Authors


*E-mail: meyer.katrin@uni-jena.de

Abstract

Fire and acacias are vital components in savanna dynamics but little is known about the relationship between postfire mortality and size of Acacia species. We determined mortality, height, and height of resprouts of the encroaching shrub species Acacia mellifera in a semi-arid South African savanna 2 years after fire. As expected, resprouting ability after topkill was high, only 9% of the studied shrubs died completely. Surprisingly, shrubs that died in the fire were significantly taller than their resprouting conspecifics. Results from quantile regression show that the height of regrowth relative to the total height of taller shrubs is less than in smaller shrubs, despite taller shrubs having more access to below-ground resources. We offer two possible explanations for these unexpected results: in taller shrubs, the maximum longitudinal growth rate of resprouts may be reached and therefore, resources may be invested in a greater number of resprouts or stored as reserves. Alternatively, resprouting ability may be impaired in old age by a senescence effect caused by the accumulation of physiological dysfunctions.

Résumé

Le feu et les robiniers sont des composants importants de la dynamique de la savane, mais il y a peu d‘informations sur le rapport entre la mortalité après feu et la taille de l'espèce Acacia. Nous avons établi la mortalité, la grandeur, et la grandeur des repousses de l'espèce de buisson empiétant l’Acacia mellifera dans une savane semi-aride en Afrique méridionale deux ans après un incendie. Comme prévu, la capacité de repousser après topkill s'avérait élevée; seulement 9% des buissons étudiés furent complètement morts. Etonnamment, les buissons qui sont morts dans l'incendie furent beaucoup plus grand que leurs conspécifiques repoussants. Les résultats de la régression quantile démontrent que la grandeur des repousses relativement à la grandeur totale des buissons plus grands, est moins que chez les plus petits buissons, bien que les buissons plus grands ont plus d'accès aux ressources souterraines. On propose deux explications éventuelles pour ces résultats inattendus: chez les buissons plus grands, il est possible que le taux de croissance longitudinal maximum soit atteint et ainsi les ressources sont investies dans un plus grand nombre de repousses où alors rangés en réserve. Autrement, la capacité de repousser peut être affaiblie dans l’âge avancé par un effet de la sénescence du à une accumulation de dysfonctionnements physiologiques.

Ancillary