Status of succulent shrubs in the southern Namib Desert, Succulent Karoo Biome

Authors


*E-mail: antje.burke@enviro-science.info

Abstract

The ratio of dead to alive succulent shrubs as an indicator of turnover was investigated to test whether the accepted notion of rapid turnover rates and cyclic succession in the Succulent Karoo Biome are applicable in the southern Namib. Based on counts of dead and alive plants, twelve species in two habitat types were investigated. These short-term data which could not incorporate recruitment rates or changes over time, generated, however, some hypotheses. (i) Rapid turnover rates are likely not supported by all succulent plants at the Succulent Karoo Biome's northern boundary. With the exception of one species, mortality rates in succulent shrubs across a range of plant functional types were lower than reported in other parts of the biome. (ii) Sand plains appeared to support some transient species, indicating that there may be differences in vegetation dynamics between habitats. (iii) Species of different plant functional types showed no differences in ratio of dead to alive plants related to habitat. These species may have broad ecological tolerance limits and are perhaps less affected by changes in their environment. (iv) Shrubby Mesembryanthemaceae have high turnover rates and hence a short live span in the investigated area, but are longer lived than elsewhere in the Succulent Karoo Biome. As these hypotheses have implications for management and conservation of succulent species in this global biodiversity hotspot, a detailed evaluation of vegetation turnover, balancing mortality versus recruitment, should be investigated over a longer time span.

Résumé

Le rapport de buissons succulents morts ou vivants comme indicateur de la rotation fut enquêté afin de vérifier que la notion admise des taux de rotation rapides et succession cyclique dans le Biome Succulent Karoo est applicable dans le Namib méridional. Basé sur le dénombrement de plantes mortes et vivantes, douze espèces dans deux genres d'habitats furent enquêtées. Les données à court terme qui ne pouvaient pas prendre compte du taux de recrutement ni des changements au cours du temps ont néanmoins engendrées quelques hypothèses: (1) Il est probable que les taux de rotation rapide ne soient pas soutenus par toutes les plantes succulentes à la frontière septentrionale du Biome Succulent Karoo. A l'exception d'une espèce, le taux de mortalité chez les buissons succulents à travers une gamme de genres fonctionnels de plantes fut plus bas que ceux signalés dans les autres parties du Biome. (2) Des plaines de sable semblaient capable de soutenir quelques espèces de fugaces, ce qui implique des différence potentielles dans les dynamiques de la végétation entre les habitats. (3) Des espèces en provenance de différents genres fonctionnels ne montraient pas la moindre différence dans le rapport de plantes mortes aux vivantes par rapport à l'habitat. Ces espèces ont peut-être des limites d'endurance écologique extensives et sont peut-être moins touchées par les changements dans l'environnement. (4) Les Mesembryanthemaceae arbustifs démontrent des taux de rotation rapide et donc une durée de vie assez courte dans le zone de l'enquête, mais vivent plus longtemps qu'ailleurs dans le Biome Succulent Karoo. Etant donné que ces hypothèses ont des implications pour la gestion et la conservation des espèces succulentes dans ce point chaud de biodiversité globale, une évaluation détaillé de la rotation végétale – qui fait la balance entre la mortalité et le recrutement – devrait être enquêtee dans le long terme.

Ancillary