Dispersal and seasonal distributions of black-faced impala in the Etosha National Park, Namibia

Authors


*‘Karinya’, M. S. 172, Allora QLD 4362, Australia. E-mail: tammiekmatson@hotmail.com

Abstract

Factors affecting the seasonal distribution of the vulnerable black-faced impala at Etosha National Park, Namibia and the spread of the impala in the park since their translocation there in the 1970s were studied in the hot dry season of 2000 and the wet season of 2001 in order to provide information for future translocations of this antelope. In the 30 years since their release in the park, black-faced impala appear to have dispersed a maximum of 31.5 km from their initial release sites, effectively forming five subpopulations based on their five initial release sites. The mean minimum distance that impala had dispersed between water holes since their release was 7.11 ± 1.47 km. Black-faced impala concentrated strongly around water holes; more than 50% were within 1 km of water holes in both seasons. Changes in population densities in different habitats may have resulted from seasonal movements of impala between adjacent habitats. The role of initial release sites in determining the distribution of threatened species such as the black-faced impala is discussed in light of its importance for future translocations.

Résumé

On a étudié, pendant la chaude saison sèche de l'an 2000 et la saison des pluies de 2001, les facteurs qui affectent la distribution saisonnière du vulnérable impala à face noire du Parc National d'Etosha, en Namibie, et sa dispersion depuis qu'il a été introduit dans le parc, dans les années ‘70, afin de fournir des informations pour de futures translocations de cette antilope. Au cours de trente ans écoulés depuis leur introduction dans le parc,cet impala semble s’être éloigné au maximum de 31,5 km des sites où on en a relâché, formant en fait cinq sous-populations basées aux cinq sites initiaux. La distance minimum moyenne parcourue par les impalas entre les points d'eau depuis leur lâcher était de 7,11 ± 1,47 km. Les impalas à face noire se concentrent fermement autour des points d'eau; plus de 50% se trouvaient à moins d'un kilomètre des points d'eau aux deux saisons. Les changements de densité de population dans les différents habitats pourraient être une conséquence des déplacements saisonniers des impalas entre des habitats adjacents. On discute le rôle des sites des lâchers initiaux dans la distribution d'espèces menacées comme l'impala à face noire, étant donné l'importance qu'ils auront dans les translocations à venir.

Ancillary