SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • blue bustard;
  • group size;
  • habitat preferences;
  • population density;
  • South Africa

Abstract

The blue korhaan (Eupodotis caerulescens) is a poorly known bird endemic to the grasslands of southern Africa. It lives in permanently held territories defended by groups of individuals. During 2001 and 2002, 61 transects were carried out along 544 km of roads in Mpumalanga province (South Africa) to collect data on territory density and group size and composition in this species. Habitat, altitude and topography variables were measured to evaluate their influence on population density. Average territory density was 1.56 ± 0.19 (SE) territories per 5 km and maximum densities attained 5.6 territories per 5 km. Within its area of occurrence, higher densities occurred along transects with larger proportion of short grassland (either burned or grazed) and flatter topography. Mean group size was 3.03 ± 0.11 birds (n = 119), with 87.4% of the groups having one to four birds. Most common group composition was one male and one female-like (34.5%), followed by two male and one female-like (17.2%) and two male and two female-like (13.8%). Single individuals were always males, and the male/female-like ratio peaked at a group size of three and decreased thereafter. Mean group size increased with territory density (rs = 0.42, P = 0.007, n = 41). There were no differences in group size across habitat types. The occurrence of habitat saturation and cooperative breeding in this species could explain the observed results.

Résumé

L'Outarde plombée (Eupodotis caerulescens) est un oiseau endémique mal connu des prairies d'Afrique australe. Il vit toujours dans le même territoire, défendu par des groupes d'individus. En 2001 et 2002, on a réalisé 61 transects le long de 544 km de route, dans la Province de Mpumalanga (Afrique du Sud) pour récolter des données sur le territoire, la densité, la taille et la composition des groupes de cette espèce. Les variables de l'habitat, l'altitude et la topographie sont mesurées pour évaluer leur influence sur la densité de population. La densité moyenne était de 1,56 ± 0,19 territoires/5 km et la densité maximale atteignait 5,6 territoires/5 km. Dans l'aire de répartition, les plus fortes densités se trouvaient le long de transects où la proportion d'herbes courtes était plus élevée (ou brûlées ou pâturées), et où la topographie était plus plate. La taille moyenne des groupes était de 3,03 ± 0,11 oiseaux (n =119), avec 87,4% des groupes comptant de 1 à 4 oiseaux. La composition de groupe la plus fréquente était un mâle et un individu d'apparence femelle (34,5%), suivie par deux mâles et une femelle (ou individu d'apparence femelle) (17,2%) et deux mâles et deux femelles (id.) (13,8%). Les individus seuls étaient toujours des mâles, et le ratio mâles/femelles (ou id) marquait un pic pour les groupes de trois et diminuait ensuite. La taille moyenne des groupes augmentait avec la densité des territoires (rs = 0,42, P = 0,007, n = 41). Il n'y avait pas de différences de taille des groupes en fonction du type d'habitat. L'existence d'une saturation de l'habitat et d'une reproduction coopérative chez cette espèce pourrait expliquer les résultats obtenus.